•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un parti devra obtenir 4 % de soutien populaire pour participer aux débats des chefs

La scène sur laquelle se déroulera le débat.

Le studio de télévision où s'est tenu l'un des débats des chefs, lors de la dernière élection fédérale de 2019.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

La Commission des débats des chefs pour les élections fédérales indique que pour participer à la prochaine série, un parti devrait entre autres avoir obtenu au moins 4 % d'appuis au dernier scrutin national, ou dans des sondages récents.

Le commissaire David Johnston a dévoilé mardi les critères de participation pour les prochains débats officiels des chefs en français et en anglais, alors qu'Ottawa bourdonne de rumeurs d'élections générales à l'automne.

La possibilité d'un déclenchement d'élections générales anticipées plane sur le Parlement alors que les libéraux forment un gouvernement minoritaire et que la Chambre des communes s'apprête, mercredi, à ajourner ses travaux pour l'été.

M. Johnston précise que pour être invité à participer aux prochains débats officiels des chefs, un parti politique devra répondre au moins à l'un des trois critères prévus par la commission.

L'ex-gouverneur général du Canada David Johnston.

L'ex-gouverneur général David Johnston en comité parlementaire, le mardi 6 novembre 2018, pour discuter de sa nomination comme commissaire aux débats des chefs.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le parti pourrait d'abord être représenté à la Chambre des communes par une personne qui avait été élue sous cette bannière, ou alors ce parti pourrait avoir obtenu au moins 4 % des suffrages exprimés lors des élections de 2019.

Sinon, le parti devrait avoir été crédité d'au moins 4 % d'appuis à l'échelle nationale, cinq jours après le déclenchement des élections, par les principales firmes nationales de sondage d'opinion, en utilisant la moyenne des derniers résultats publiés.

Litiges encore possibles

À ce chapitre, qui pourrait être litigieux, la commission précise qu'elle sélectionnera elle-même les sondages en fonction de la qualité de la méthodologie employée, de la réputation des firmes de sondage, ainsi que de la fréquence et de la pertinence des sondages effectués.

M. Johnston indique dans un communiqué que ces critères ont été établis après un examen des derniers débats des chefs en 2019 et en tenant compte des consultations avec les partis politiques et un éventail d'intervenants.

Nous avons également établi un juste équilibre entre les succès électoraux passés et la possibilité de succès futurs

Une citation de :David Johnston, Commission des débats des chefs pour les élections fédérales

Lors des élections de 2019, il y avait eu effectivement un certain débat entourant la participation du chef du Parti populaire du Canada aux débats. Fondé par l'ancien député conservateur et ancien candidat à la direction Maxime Bernier, le Parti populaire ne comptait alors aucun député à la Chambre des communes, à l'exception de M. Bernier, qui avait été toutefois élu en 2015 sous la bannière conservatrice.

La commission a alors mené son propre sondage sur les intentions de vote pour ce parti et M. Bernier avait finalement été invité aux débats des chefs.

Aux élections de 2019, le député de Beauce a perdu son siège et le Parti populaire n'a fait élire aucun député; il a obtenu moins de 2 % des suffrages exprimés au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !