•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de logements aux Îles : la Croix-Rouge pourrait prêter main-forte

Un paysage madelinot de collines, des maisons et de la mer à Havre- Aubert et des fleurs en avant-plan.

Les Îles-de-la-Madeleine sont durement touchées par la pénurie de logements.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

Alors que des Madelinots risquent de se retrouver à la rue de façon imminente ou sont déjà sans logis, notamment en raison des évictions estivales liées à la saison touristique, la Croix-Rouge canadienne a été appelée en renfort.

Je pense qu’on est au bout de nos ressources, comme communauté insulaire, indique sans détour le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau. L’élu péquiste a créé, en mai, le Comité d'action pour le logement des Îles-de-la-Madeleine afin d’accompagner ceux et celles qui peinent à dénicher un endroit où vivre. Plusieurs intervenants de l’archipel y sont réunis afin de trouver des solutions à la pénurie de logements en cours.

C’est en marge des activités de ce comité que le bureau de M. Arseneau a communiqué avec la Croix-Rouge canadienne afin de prendre acte des mesures qui pourraient être déployées, et ce, de façon exceptionnelle.

Le logo de la Croix-Rouge

La Croix-Rouge pourrait, selon le député Arseneau, venir en aide aux ménages dont la situation est plus urgente.(Archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Plusieurs pistes ont été avancées par l’organisation humanitaire qui soutient notamment les victimes de sinistres. Joël Arseneau explique que l’installation de lits dans des bâtiments existants et l’aménagement de campements pourraient être envisagés, mais seraient selon lui assez complexes.

Le déploiement aux Îles-de-la-Madeleine d’unités mobiles constitueraient ainsi, à son avis, l’option la plus prometteuse et serait actuellement à l’étude. Ce dossier-là a été confié à la Municipalité qui va explorer la possibilité d’aller jusque-là et de voir la faisabilité du déploiement d’une solution comme celle-là, qui devra aussi être financée, ajoute l’élu.

Le député Joël Arseneau lors d'un point de presse.

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau (archives)

Photo : Radio-Canada

Le maire de l’archipel, Jonathan Lapierre, n'a pas voulu accorder d'entrevue à Radio-Canada à ce sujet, mais a manifesté son intention de faire un suivi lorsque plus de détails seront disponibles.

Plus tôt ce mois-ci, la Municipalité a annoncé qu’elle compte offrir des incitatifs financiers aux citoyens désirant loger un ou des travailleurs. Un règlement municipal devrait être entériné le 13 juillet prochain. Une enveloppe de 100 000 $ sera réservée à cet effet.

Des besoins bien présents

Selon Joël Arseneau, les évictions saisonnières à des fins de locations touristiques aux Iles sont toujours de plus en plus nombreuses et surviennent de plus en plus tôt chaque année en raison de l'arrivée précoce des visiteurs.

Le taux d’inoccupation aux Îles-de-la-Madeleine est à 0 %, selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Toutefois, ce taux ne concerne que les immeubles de trois logements et plus. Les résidences avec un ou deux logements locatifs ne sont pas prises en compte dans cette donnée.

Depuis la création du Comité d'action pour le logement des Îles-de-la-Madeleine, six ménages inscrits sur la liste sont parvenus à se loger. La problématique n’est toutefois pas enrayée, puisque 12 dossiers étaient toujours actifs au moment d’écrire ces mots.

On retourne toutes les pierres pour trouver des solutions.

Une citation de :Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

De la sensibilisation est notamment faite auprès des Madelinots afin qu’ils partagent au comité les lieux d’hébergement vacants, que l'on parle de chambres, d'appartements ou même de roulottes.

La Croix-Rouge canadienne confirme qu’une demande d’assistance a été reçue, mais ne commente pas le dossier en raison des pourparlers toujours en cours. L’organisation spécifie néanmoins qu’une intervention reliée à un manque de logements disponibles ne serait pas une première au Québec.

Un texte de Roxanne Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !