•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'attrait des cégeps montréalais, au détriment de ceux des régions, suscite l'inquiétude

Les cours de l'UQAR seront offerts dans le Cégep de Baie-Comeau (archives). La façade du Cégep de Baie-Comeau.

Le cégep de Baie-Comeau soutient qu'une des solutions pour rendre les cégeps en région attrayants est notamment la création de programmes uniques (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

Le Regroupement des cégeps de régions craint un déséquilibre de l’offre de formation collégiale au Québec après que le gouvernement provincial a promis près de 22 000 places supplémentaires dans les cégeps francophones du Grand Montréal, pour les 10 prochaines années.

L’annonce a incité le Regroupement des cégeps de régions (RCR), qui compte 12 cégeps répartis à travers la province, à réaffirmer l’importance des cégeps à l’extérieur des grands centres.

La directrice générale du Cégep de Baie-Comeau, Manon Couturier, est d’avis que les nouvelles places qui seront créées dans les cégeps du Grand Montréal auront un impact sur l’attractivité des cégeps en région, une vision que le RCR partage.

Le Regroupement des cégeps de régions souligne qu’il ne manque pas de places dans les cégeps, mais bien d’élèves.

Son porte-parole, André Gobeil appréhende que la main-d’œuvre qualifiée se raréfie si le gouvernement n’investit pas dans l’éducation en région.

André Gobeil en entrevue.

André Gobeil est également directeur général du Cégep de Chicoutimi (archives).

Photo : Radio-Canada

Tout le monde parle de la pénurie de main-d’œuvre spécialisée dans les entreprises de grandes régions du Québec, donc nous évidemment, c’est une relation de cause à effet, explique M. Gobeil. Si on n’a pas d’étudiants dans nos programmes, ou si on n’est pas capable de garder les étudiants des régions, ou encore d'attirer des étudiants d’ailleurs dans nos programmes, le résultat [sera] qu’on n’aura pas de personnes avec les profils spécialisés pour [pourvoir] les postes des entreprises qui sont en croissance dans nos milieux, dénonce-t-il.

André Gobeil précise que le canal de communication n’est pas fermé avec le ministère de l’Enseignement supérieur afin de trouver des solutions. Toutefois, les discussions seront mises sur pause cet été et reprendront à l’automne.

L’attractivité, un enjeu dans l’Est-du-Québec

Le directeur général du Cégep de Rimouski, François Dornier, soutient ainsi que les défis de recrutement de nouveaux étudiants sont plus importants dans les établissements scolaires en région que dans ceux des grands centres urbains.

François Dornier, directeur général du Cégep de Rimouski

François Dornier, directeur général du Cégep de Rimouski (archives)

Photo : Radio-Canada

C’est toujours beaucoup plus de travail recruter en région que ça peut l’être dans les grands centres.

Une citation de :François Dornier, directeur général du Cégep de Rimouski

Il soutient qu’au sein d’une équipe de recrutement d’un cégep important de la région de Montréal, une ou deux personnes travaillent au service de recrutement, tandis qu’à Rimouski, 12 personnes sont en poste.

François Dornier indique que les efforts et les ressources sont nombreux pour recruter des étudiants dans son établissement.

Le directeur général rapporte toutefois que, malgré la pandémie, le nombre de demandes d’admission a bondi de 18 % au cégep de Rimouski en 2021.

Investissements demandés

Le RCR demande par ailleurs au ministère de l’Enseignement supérieur de favoriser l’attraction des cégeps en région en investissant dans les infrastructures des cégeps, en offrant une meilleure mobilité vers les régions et en offrant un plus grand éventail de formation dans les établissements.

Manon Couturier soutient d’ailleurs qu’une des solutions pour rendre les cégeps en région attrayants est notamment la création de programmes uniques ou plutôt rares.

Une femme porte un veston et un écusson. Elle sourit. Derrière elle, il y a trois plantes.

Manon Couturier est en fonction depuis 2 mois comme directrice du Cégep de Baie-Comeau.

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Le Cégep de Baie-Comeau offre des programmes de soins préhospitaliers d’urgence et la technique policière qui sont de nouveaux programmes maintenant offerts au Cégep de Baie-Comeau qui peuvent créer davantage d’attractivité dans le cégep puisque ces programmes sont plutôt rares, voire contingentés.

Ce dont on a besoin, c’est de garder nos étudiants ici, c’est de garder l’attractivité qu’on a eu la chance de vivre avec l’ajout de certains programmes, ça a un impact réel ça sur notre clientèle et sur la réalité de notre survie à Baie-Comeau, explique la directrice générale.

Manon Couturier ajoute que la technique en Aménagement cynégétique et halieutique, qui est la gestion de la chasse, de la faune et de la pêche est un programme unique au Cégep de Baie-Comeau qui favorise l’attractivité de la région.

Le Regroupement des cégeps de régions assure que des discussions auront lieu cet automne avec le ministère de l’Enseignement supérieur. De son côté, le ministère n’a pas répondu à nos questions au sujet de ce dossier.

Avec les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !