•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de soutien pour les organismes communautaires à Québec

Émilie Villeneuve en conférence de presse.

Émilie Villeneuve, la conseillère municipale du district de Saint-Louis–Sillery et membre du comité exécutif responsable du développement social et de l'habitation.

Photo : Radio-Canada / Dominic Martel

La Ville de Québec uniformise le financement des organismes communautaires sur son territoire. L’opération devrait se solder par une aide bonifiée de 4 millions de dollars annuellement.

Le chantier de l’harmonisation du financement des organismes communautaires en est un de longue haleine, admet Émilie Villeneuve, membre du comité exécutif responsable du développement social à la Ville de Québec.

Là, on vous présente vraiment la pointe de l’iceberg, précise-t-elle. C'est énormément de travail.

Depuis les fusions municipales en 2001, la responsabilité du financement des organismes communautaires relève des arrondissements, ce qui entraîne des iniquités sur le territoire.

Un maire portant une casquette sourit en tenant une boîte de carton dans ses mains.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, lors de la distribution des paniers de Noël du Pignon bleu, en décembre dernier.

Photo : Radio-Canada / Alexane Drolet

À titre d’exemple, plusieurs organismes pouvaient profiter d'espaces gratuits dans des immeubles municipaux à Charlesbourg, alors que des locaux similaires étaient payants dans Limoilou.

On voulait que la gratuité soit partout sur le territoire, se félicite Mme Villeneuve, qui évalue que l’abolition des loyers perçus auprès des OBNL coûtera 1 million de dollars annuellement à la Ville.

Soutien financier bonifié

La Ville annonce aussi de nouveaux investissements pour soutenir le milieu communautaire, en faisant passer son aide annuelle de 900 000 $ à 3,2 millions de dollars.

Au total, plus de 600 organismes devraient profiter du nouveau cadre financier uniformisé. Son entrée en vigueur est prévue le 1er janvier 2022.

Ces organismes jouent un rôle de premier plan auprès des citoyens, souligne Émilie Villeneuve. On l’a vu particulièrement dans le contexte de la pandémie.

L’investissement a été salué par l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !