•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des projets de mine de charbon se poursuivent malgré le rejet de Grassy Mountain

Une pelle mécanique inoccupée aux environs du mont Grassy, avec le mont Crowsnest en arrière-plan, photographié en 2014.

Les réservoirs de charbon métallurgique dans le sud-ouest de l'Alberta intéressent de nombreuses entreprises australiennes.

Photo : Radio-Canada

Au moins deux entreprises minières maintiennent leurs projets d’extraction de charbon métallurgique dans les flancs est des Rocheuses, bien qu’un projet similaire de l’entreprise Riversdale Resources ait été rejeté la semaine dernière.

La commission d’examen conjoint responsable d’évaluer le projet Grassy Mountain l’a déclaré contraire à l’intérêt public. Certains opposants à l'exploitation du charbon espèrent que ce refus fera figure de précédent sur d'autres projets en phase exploratoire. Les minières ne le voient cependant pas de cet œil.

Dans un communiqué publié mardi, Riversdale Resources a réitéré son désir d’explorer ses options légales relativement à la décision de la commission d’examen conjoint.

Photo des montagnes rocheuses avec un panneau de signalisation indiquant : Riversdale Resources propriété privée.

Le projet de mine de charbon métallurgique dans le sud-ouest de l'Alberta a été rejeté à la surprise de l'entreprise.

Photo :  CBC / Evelyne Asselin

L’entreprise dit avoir soumis 26 000 pages détaillant son projet. Elle ne s'attendait pas à un refus de son projet, mais espérait que la commission lui permette de répondre aux inquiétudes si elle en avait.

Riversdale Resources veut s’assurer que le processus a été juste et transparent, qu’il a accordé assez de poids aux experts reconnus et aux pratiques établies de l’industrie et que la décision n’est pas seulement une décision anti-développement.

Les consultations vont de l'avant

L’entreprise Montem Resources, qui envisage plusieurs projets d'exploitation minière dans le sud-ouest de l’Alberta, a indiqué avoir contacté l’Agence de réglementation de l’énergie de l’Alberta pour savoir si cette décision pourrait avoir un impact sur ses propres projets.

Il n’est pas clair si le refus de permis pour le projet de charbon Grassy Mountain aura un effet sur le processus d’application de Montem. [Cette décision] arrive alors que le processus réglementaire sur le charbon en Alberta et au Canada est de plus en plus incertain, fait savoir l’entreprise dans un communiqué destiné à ses investisseurs.

Le projet le plus avancé de cette entreprise australienne se nomme Tent Mountain. Montem Resources veut redémarrer les activités d’une ancienne mine à ciel ouvert située à la frontière entre l’Alberta et la Colombie-Britannique.

Carte représentant le projet de mine Tent Mountain au sud de la municipalité de Crowsnest en Alberta.

Le projet Tent Mountain couvre 1700 hectares de terrain à la frontière entre l'Alberta et la Colombie-Britannique.

Photo : Montem Resources

La production prévue étant en dessous du seuil de 5000 tonnes de charbon par jour, le projet n’a pas à passer par un processus d'évaluation fédéral. Plusieurs groupes ont cependant fait appel au ministre de l’Environnement, qui doit rendre sa décision d’ici le 1er juillet.

Jonathan Wilkinson a déjà indiqué qu’il exigerait une évaluation fédérale pour tous les projets de mine de charbon métallurgique pouvant mener à une contamination des cours d’eau au sélénium.

L’entreprise australienne croit toutefois aux mérites de son projet. Le conseil d’administration de Montem croit qu’un certain nombre de facteurs différencie le projet Tent Mountain de la demande de Grassy Mountain, peut-on lire dans le communiqué aux investisseurs.

Quatre autres projets de mine de charbon, tous dans le sud-ouest de l’Alberta, sont dans les cartons de l’entreprise : Chinook, 4-stack, Isola et Oldman.

Jonathan Wilkinson en gros plan sur fond clair.

Coup sur coup, le ministre de l'Environnement Jonathan Wilkinson a annoncé un niveau plus élevé d'approbation des mines de charbon thermique et métallurgique.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

L’entreprise australienne Atrum affiche le même niveau de confiance pour son projet de charbon métallurgique Elan. Dans une communication à ses investisseurs, elle indique poursuivre ses consultations concernant le projet.

Nous nous attendons à ce que le projet Elan soit jugé selon ses propres mérites. Atrium entend développer les ressources d’Elan de la manière la plus responsable, ce qui satisfera le cadre environnemental robuste des processus réglementaires albertain et canadien, peut-on lire.

L’entreprise surveille également le processus de modernisation de la politique sur le charbon entamé par le gouvernement albertain. Elle a soumis une présentation au comité d'experts responsable des consultations.

Une bourse moins confiante

Les deux entreprises avaient demandé la suspension de leur cotation à la Bourse d’Australie dans l’attente de la décision de la commission d’examen conjoint sur le projet Grassy Mountain.

Leur retour en Bourse s’est soldé par un déclin du prix de leur action. Montem Resources a perdu plus de la moitié de sa valeur mardi alors que l’action d’Atrum a chuté de plus de 40 %.

Deux autres projets sont également en cours dans la région de Crowsnest Pass. Une entreprise affiliée au groupe australien Warburton travaille sur le projet Cabin Ridge. Elle y mène des forages exploratoires.

L'entreprise vancouvéroise Ram River possède quant à elle un bail pour l’exploitation du projet Aries, près de Rocky Mountain House.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !