•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de ballons se retrouvent dans les Grands Lacs, selon une biologiste

Un ballon sur la plage avec l'inscription: « suis tes rêves! »

L'un des ballons de plastique trouvés par la biologiste Leanne Grieves sur les rives du lac Érié.

Photo : Fournie par Leanne Grieves

Radio-Canada

Une biologiste a trouvé en deux semaines 380 ballons d'hélium dégonflés le long de 7 km des berges du lac Érié ce printemps, une quantité inouïe de plastique qui pollue l'écosystème, prévient-elle.

Parfois, je devais mettre mes bottes de caoutchouc pour repêcher les ballons dans l'eau, raconte Leanne Grieves, une étudiante postdoctorante à l'Université McMaster de Hamilton.

J'ai trouvé d'autres ballons enfouis en partie dans le sable ou dans les arbres et les buissons, ajoute-t-elle.

En se fondant sur cette collecte, elle estime qu'environ 960 000 ballons aboutissent sur les rives du lac Érié chaque année, sans parler des autres Grands Lacs.

L'un des ballons qu'elle a trouvés ce printemps avait les couleurs du temps des fêtes et portait la date du 13 décembre 2020.

Ces ballons restent dans l'environnement pendant des mois voire des années.

Une citation de :Leanne Grieves, biologiste

Mme Grieves dénonce en particulier la pratique de laisser voler des ballons gonflables dans les airs afin de marquer des fêtes ou des événements spéciaux.

Des débris de plastique peuvent être avalés par des animaux, se collant dans leur intestin et les faisant mourir. C'est sans parler de la corde attachée aux ballons qui peut s'enrouler autour d'oiseaux ou de tortues et les empêcher de voler ou de se déplacer pour trouver de la nourriture.

La Fédération canadienne de la faune souligne que les ballons gonflés à l'hélium peuvent voyager sur des kilomètres de distance, donnant l'exemple d'un ballon lancé de Nagano, au Japon, lors des Olympiques de 1998 qui s'est rendu jusqu'à Los Angeles, 8500 km plus loin.

Pour célébrer un événement spécial, l'organisme suggère plutôt de planter un arbre, par exemple.

Avec des renseignements fournis par Colin Butler de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !