•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouverture aux touristes : « une question de semaines », dit Trudeau

Un gros plan de Justin Trudeau.

Le premier ministre, Justin Trudeau, lors de son allocution du 22 juin 2021.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Face aux critiques qui lui reprochent de ne pas être plus précis quant à la réouverture des frontières aux touristes étrangers, le premier ministre Justin Trudeau a indiqué en point de presse, mardi, que le gouvernement travaille à un plan graduel de réouverture, où l’« on parle de semaines et pas de mois ».

La tendance à la baisse a permis, hier, au gouvernement canadien de dévoiler les premiers allègements qui entreront en vigueur à compter du 6 juillet. À partir de cette date, les voyageurs totalement vaccinés par l’un des quatre vaccins reconnus au Canada seront exemptés de quarantaine.

Mais, à cause notamment du variant Delta, les frontières restent fermées pour les voyages non essentiels, au moins jusqu’au 21 juillet, au grand dam de l’industrie touristique qui aimerait que le gouvernement Trudeau dévoile un plan de réouverture plus précis avec des paramètres et des échéanciers.

Ça va dépendre du niveau de vaccination au Canada, de l’état de la pandémie et des variants ici et ailleurs dans le monde, a précisé le premier ministre.

Ce dernier s'est voulu rassurant face aux craintes de certains Québécois qui ont peur de ne pas pouvoir être exemptés de la quarantaine, à cause d'une politique différente concernant les personnes ayant déjà été malades de la COVID-19.

Au Québec, ces dernières n'ont besoin de recevoir qu'une seule dose pour être considérées comme totalement vaccinées, mais cela ne s'applique pas à l'échelon fédéral où deux doses sont nécessaires pour qu'elles soient considérées comme totalement vaccinées.

Nous reconnaissons qu’il y a des endroits comme le Québec ou d'autres pays qui reconnaissent qu’une seule dose est possible.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Avec nos experts et nos scientifiques, on se penche là-dessus, mais on n'était pas prêts à prendre une décision dès hier lors de l’annonce, a-t-il ajouté. Pareil pour le cas des enfants non vaccinés qui doivent actuellement effectuer une quarantaine à leur retour de voyage.

Fin de session parlementaire chargée

La journée promet d’être chargée sur la scène politique fédérale alors que la fin de session est prévue pour demain. L'ombudsman de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes tenait ce matin une conférence de presse à l'occasion de la publication d'un rapport réclamant une plus grande reddition de comptes chez les hauts dirigeants des Forces armées.

Nous allons faire des changements importants dans les mois prochains quant aux façons de faire dans l’armée à mesure que Mme Arbour fera des recommandations.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Ce dernier évoquait le mandat donné à l’ancienne juriste, Louise Arbour, de réaliser un examen indépendant du traitement par l'armée des agressions sexuelles, du harcèlement et d'autres inconduites.

Une annonce concernant les armes à feu doit aussi avoir lieu en après-midi. Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, sera aux commandes. Parmi ce qui sera annoncé figure le fait qu’à partir du 7 juillet la vérification des antécédents judiciaires se fera sur toute la vie du demandeur et non pas uniquement sur les cinq dernières années.

Rappelons que les proches des victimes de la tuerie de Polytechnique déplorent notamment l’absence d’un programme de rachat obligatoire des armes qui seraient encadrées en vertu du projet de loi C-21.

Obstruction au Parlement

Avant de conclure son allocution, M. Trudeau a rappelé qu’il reste d’importants projets de loi à faire adopter, mais le Parti conservateur fait tout pour empêcher ces dossiers d’avancer depuis des mois.

Ces dossiers concernent, entre autres, le bannissement des thérapies de conversion visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne ou l’atteinte de la carboneutralité pour 2050. On compte sur les partis progressistes comme le NPD et le Bloc pour pouvoir faire de cela une réalité, a lancé le premier ministre canadien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !