•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le monde du soccer à l'Île-du-Prince-Édouard secoué après des allégations de racisme

Avertissement : certains lecteurs pourraient être choqués par le contenu de cet article.

Un ballon de soccer

Une allégation de racisme survenue récemment à la fin d'un match fait l'objet d'une enquête de l'Association du soccer de l'île.

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Bouillon

L'Association de soccer de l'Île-du-Prince-Édouard a reçu la semaine dernière une plainte liée à une insulte raciste proférée pendant un match.

Un joueur d’âge mineur aurait proféré des propos racistes à l’encontre d’un adversaire à la fin d’une partie il y a environ deux semaines. Les allégations font l'objet d'une enquête.

Mais cette plainte ne serait pas un incident isolée, selon des témoignages recueillis par Radio-Canada.

Âgé de 19 ans, Samuel Mackenzie Lowe est fils d’un père afro-américain et d’une mère d’origine libanaise.

Entendre des insultes sur la couleur de sa peau est devenu quelque chose de régulier tout au long de ses huit années de soccer à l’île.

Samuel Mackenzie Lowe souriant pose pour la photo.

À cause de problèmes de santé, Samuel Mackenzie Lowe ne joue plus au soccer, mais il soutient avoir été témoin de commentaires racistes.

Photo :  CBC / Gracieuseté Samuel Mackenzie Lowe

 Cela [les insultes racistes] arrivait une fois par année, il y en avait toujours, et parfois ça venait du même joueur, se souvient-il.

Selon lui, il s’est fait appeler à plusieurs reprises par le mot commençant par la lettre  n , durant les matchs.

 Il y a eu un joueur de l’autre équipe, si je peux utiliser ce mot, qui m’appelé "nègre". […] Il y a eu une collision sur le terrain, et l’autre joueur n’avait pas aimé qu’il ait perdu [le ballon] et normalement, les mots qui venaient après, c’était "stupide nègre". 

Une citation de :Samuel Mackenzie Lowe, joueur de soccer

Ces comportements racistes n’ont jamais été sanctionnés, faute de preuves, affirme-t-il.

Samuel Mackenzie Lowe explique qu'au moment des incidents, les arbitres ont affirmé ne pas avoir entendu les échanges verbaux. Sans leurs témoignages, il est difficile de faire aboutir des plaintes, explique le jeune joueur.

Il ajoute que les conversations sur le racisme étaient rares au sein des équipes pour lesquelles il a joué.

Pour lui, le traitement donné aux comportements racistes dépend de la volonté de l’entraîneur à parler du problème.

Il y avait des coachs qui me défendaient quand il y avait des incidents sur le terrain, mais il y avait aussi d’autres qui n’ont jamais parlé de ces choses , déplore-t-il.

Christian Ndayegamiye pose pour la photo.

Christian Ndayegamiye joue au soccer depuis huit ans à l'île.

Photo : Gracieuseté Judith Nyiraneza

Pour Christian Ndayegamiye, un joueur de soccer noir âgé de 17 ans, le sujet du racisme n’a jamais été un tabou dans les équipes pour lesquelles il a joué.

 Étant le seul Noir dans une équipe, ce n’était pas des conversations pour l’équipe en entier, mais on nous disait que si on entendait des mots comme ça, c’est mieux de le rapporter à l’arbitre et l’entraîneur et de ne pas répondre à des choses comme ça. 

Une citation de :Christian Ndayegamiye, joueur à l’équipe de PEI FC

Il raconte que des discussions portant sur le racisme et les comportements qui ne sont pas tolérés sur le terrain avaient régulièrement lieu avec quelques membres des équipes.

Néanmoins, il a déjà été témoin de quelques commentaires blessants durant des matchs.

 De temps en temps, j’observe des matchs et j’entends des choses qui ne sont pas directement dirigées vers moi, mais ce sont des commentaires qui sont faits en forme de frustration ou de colère , ajoute-t-il.

Plaider pour un programme éducatif

Tant Samuel Mackenzie Lowe que Christian Ndayegamiye souhaitent la mise en place d'un programme éducatif portant sur la diversité et qui devrait être offert aux équipes de soccer de la province.

 La solution pour le racisme est toujours l’éducation, […] ça peut être dans les écoles, ça peut être dans des séances d’information avant que la saison commence, explique Samuel Mackenzie Lowe.

Des séances d’informations données aux enfants dès qu'ils commencent à jouer représentent, pour eux, une grande partie du travail de prévention aux gestes racistes.

 Je pense que cela pourrait les aider à respecter un peu plus lorsqu’ils seront plus vieux, ajoute Christian Ndayegamiye.

Le rôle de l'Association de soccer

Selon Jonathan Vos, directeur technique de l’Association de soccer de l’île, l’organisme offre déjà une formation en ligne aux entraîneurs afin de les aider dans la gestion de conflits.

 On travaille avec les clubs pour faire un travail d’éducation pour les entraîneurs durant les formations sur l'éthique.

Une citation de :Jonathan Vos, directeur technique de l’Association de soccer de l’Île-du-Prince-Édouard

Une formation dédiée à la diversité n’est néanmoins pas encore offerte aux équipes de la province.

Un chantier sur lequel l’organisme souhaite se pencher afin d’éviter d’autres incidents racistes.

Jonathan Vos explique que son association compte s'appuyer sur de nouvelles directives nationales sur les programmes éducatifs afin de s'assurer que ce genre d’incident ne se produise plus.

Ces règles sont en place depuis environ deux ans dans les clubs de l'île.

Peter Wolters pose pour la photo dans un terrain de soccer.

Peter Wolters est directeur général de l’Association du soccer à l’île.

Photo :  CBC / Steve Bruce

En entrevue à CBC la semaine dernière, Peter Wolters, directeur général de l’Association du soccer à l’Île-du-Prince-Édouard, a déclaré que la communauté du soccer de la province est devenue plus diversifiée et que les allégations de racisme sont néanmoins rares.

Nous avons fait le travail d'éducation en envoyant la politique de harcèlement aux entraîneurs, aux clubs, et en rencontrant les équipes pour leur dire que ce genre de chose n'est pas autorisé par le code de conduite, a-t-il déclaré.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !