•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Steve Hurdle ne veut pas être déclaré délinquant dangereux

Le pédophile Steve Hurdle

Steve Hurdle tente d'éviter d'être déclaré délinquant dangereux

Photo : Radio-Canada / Geneviève Garon

Radio-Canada

Tristement connu à Sherbrooke pour avoir notamment agressé une fillette dans les allées du magasin Dollorama de Sherbrooke en 2005, le pédophile multirécidiviste Steve Hurdle tente d’éviter d’être déclaré délinquant dangereux à Montréal. 

Cette peine le garderait derrière les barreaux pour une période indéterminée.

Il témoignait, lundi, au palais de justice de Montréal pour éviter que cette étiquette soit associée à son dossier criminel déjà bien garni.

Déjà en 2007, il avait été déclaré délinquant à contrôler pour une période de sept ans par le tribunal à Sherbrooke à la suite de sa condamnation à quatre ans et demi de pénitencier. 

Cette peine lui avait été imposée pour les gestes commis à l’endroit d’une fillette au Dollorama du Carrefour de l’Estrie.

Steve Hurdle a agressé plusieurs fillettes au cours des 20 dernières années en Estrie et à Montréal.

Il est détenu depuis 2014 après avoir récidivé auprès d’une fillette dans un vestiaire à Montréal.

Des thérapies lui ont été imposées au fil des ans.

Troublante incursion

Son témoignage à Montréal permet une incursion troublante dans l'esprit d'un agresseur d'enfants. 

À la barre, l’individu de 41 ans sanglotait en reconnaissant au tribunal avoir enlevé une partie l’innocence des victimes qu’il a agressées depuis 2001.

Il jure ne plus avoir de pensées déviantes depuis qu’il a commencé une médication en 2015.

Le représentant du directeur aux poursuites criminelles et pénales plaide qu’il est nécessaire que Steve Hurdle soit déclaré délinquant dangereux parce qu’il serait un véritable prédateur qui risque de faire d’autres victimes.

Steve Hurdle poursuivra son témoignage devant le tribunal, mardi, à Montréal. 

D’après le reportage de Geneviève Garon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !