•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six ans de croissance pour un refuge animalier du Nord de l'Ontario

Une femme tient une petite marmotte dans ses mains.

Le refuge a accueilli quelques petites marmottes qui sont devenues orphelines lorsque leur mère a été piégée après avoir fait son nid sous la remise d'un propriétaire.

Photo :  CBC / Markus Schwabe

Radio-Canada

Après avoir ouvert ses portes en tant que refuge pour tortues en 2015, le refuge Turtle Pond à Val Caron accueille aujourd'hui un large éventail d'animaux sauvages du Nord de l’Ontario.

Gloria Morissette, qui a ouvert les portes de son refuge dans le but de réhabiliter des tortues blessées, doit maintenant s’occuper de beaucoup plus d’espèces.

Son centre accueille des patients de Sault Sainte-Marie, Timmins, North Bay et de Rivière des Français.

Je pense que j'ai un peu de tout, affirme Mme Morissette, qui héberge présentement des porcs-épics, des tamias, des marmottes et des bébés mouettes.

Malheureusement, je n’ai plus de place pour les ratons laveurs et les écureuils, dit-elle. Mais beaucoup d'entre eux sont en train de se sevrer maintenant. Il ne reste plus qu'à les faire sortir, les conditionner et les relâcher.

Un petit raton laveur est nourri à l'aide d'une bouteille.

Un bébé raton laveur est nourri à la main au Turtle Pond Wildlife Centre à Val Caron.

Photo :  CBC / Markus Schwabe

Le refuge a par ailleurs hébergé des invités inattendus cet hiver.

Nous avons hébergé quelques oursons cette année, ce qui n'est pas quelque chose que nous faisons régulièrement, un cas unique, indique-t-elle.

Le centre est entièrement géré par des bénévoles. Mme Morissette affirme qu’elle emploie aussi deux stagiaires.

Leur travail consiste à nettoyer, nourrir et soigner les animaux blessés, avant leur éventuel retour à la vie sauvage.

Les taux de réussite sont élevés, dit Mme Morissette, surtout pour les tortues. Ils reçoivent souvent des tortues porteuses d'œufs, le refuge récolte leur couvée pour les placer dans un incubateur.

Le taux d'éclosion est généralement assez bon, explique-t-elle. Il est d'environ 80 %. J'ai donc probablement près de cent œufs en ce moment.

Une fois l'éclosion complétée, les bénévoles les ramènent dans un rayon de 24 kilomètres de l'endroit où ils ont été trouvés.

Mme Morissette se rappelle un moment ou 35 œufs ont été trouvés sur un terrain de golf à Chelmsford.

C'était dans une trappe de sable, ce qui n'est pas vraiment un bon endroit, explique-t-elle.

Nous avons donc obtenu la permission de les extraire, car il faut effectivement une autorisation pour prendre des œufs de tortue afin de les déterrer, nous les avons relâchés le long de la rivière Vermillion, ajoute-t-elle.

L'un de ses bénévoles a fait du kayak le long de la rivière Vermillion, déposant les bébés tortues dans des secteurs situés le long de plusieurs zones humides différentes.

Une femme nourrit un corbeau.

Ce corbeau sera nourri à la main jusqu'à ce que ses muscles soient assez forts pour lui permettre de s'envoler.

Photo :  CBC / Markus Schwabe

Mais malgré le succès de leur programme et les efforts des bénévoles, Mme Morissette constate qu'il y avait encore beaucoup de travail à faire autour de l'installation. L'un des défis consiste à collecter suffisamment d'argent pour que les animaux aient un endroit adéquat pour leur réhabilitation.

Dans la région de Sudbury, les entreprises ont été très généreuses et nous ont vraiment beaucoup aidés, dit-elle.

Nous nous en sortons bien, mais nous avons besoin de beaucoup de développement d'infrastructures pour faire les choses d'une manière plus professionnelle.

J'aimerais rénover mon bâtiment qui abrite les tortues et faire en sorte que les bébés aient leur propre espace spécialement conçu pour eux, c’est mon objectif.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !