•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La levée du port du masque obligatoire divise les commerçants saskatchewannais

La 13e rue à Regina, par une journée d'été ensoleillée. Quelques nuages dessinent le ciel.

Les commerces de Regina se préparent à la levée imminente du port du masque obligatoire.

Photo : Radio-Canada / Katia St.Jean

Radio-Canada

Les commerçants de la Saskatchewan se préparent au 11 juillet, date à laquelle la province va lever ses restrictions de santé publique en raison de la pandémie, dont le port du masque obligatoire.

À Saskatoon, la propriétaire du magasin W. Bridals, Kimberley Camboia, confie que les revenus de ses ventes avaient chuté de 50 % durant la pandémie.

Des robes de mariées sont suspendues dans un magasin.

Les ventes de robes de mariées ont augmenté au magasin W. Bridals, à Saskatoon, depuis les quatre dernières semaines.

Photo : Radio-Canada / Stefan Nelson

Elle remarque qu’avec la levée imminente du port du masque, de plus en plus de personnes commencent à planifier leurs mariages à nouveau. Il y a donc une augmentation de la demande pour les robes de mariées.

Kimberly est devant sa boutique de robe de mariées et répond aux questions de la journaliste. Elle parle au micro.

La propriétaire du magasin W. Bridals, Kimberly Camboia, confie que ses ventes ont chuté de 50 % au cours de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Stefan Nelson

C’est un peu fou depuis les quatre dernières semaines. Normalement, on a quelques rendez-vous mais depuis l’annonce de la phase finale du plan de réouverture, on a de 12 à 20 rendez-vous par jour, explique-t-elle.

Les garderies privées, selon leurs conditions

Du côté de la propriétaire d’une garderie privée à Saskatoon, Nadia Ben Boubaker, le son de cloche est différent. Elle continuera de porter le masque. Son entreprise fonctionnera sselon ses propres consignes.

Même s’il y a un relâchement et que cela fait plaisir à tout le monde, je crois que nous devons continuer de faire notre part.

Une citation de :Nadia Ben Boubaker, propriétaire d'une garderie privée

Elle explique que le vaccin n’élimine pas la COVID-19, il ne fait que renforcer le système immunitaire. S’il y a des enfants dans sa garderie avec des systèmes immunitaires compromis, ils seront plus à risque d’attraper le virus.

Il vaut mieux prévenir que guérir. Je vais continuer de demander aux parents de porter le masque lorsqu’ils entrent chez moi, déclare-t-elle. 

Enthousiasme à Regina

La directrice générale de l’hôtel Double Tree Hill à Regina, Laura Armitage, explique que ses employés auront le choix ou non de porter le masque. 

Les vitrines en  plexiglas vont être possiblement retirées, mais c’est à voir avec le confort des employés et de la compagnie Hilton, qui gère l'hôtel. Les stations de désinfectants pour les mains et les services sanitaires demeurent les mêmes, relate-t-elle. 

Laura Armitage dit vouloir assurer le confort de tous les clients, peu importe s’ils choisissent de continuer de suivre les mesures sanitaires ou pas. 

En majorité, ce sera du cas par cas et le relâchement dans l'hôtel sera échelonné, explique-t-elle.

Mme Armitage estime que les gens voyageront comme d'habitude. Puisque sa clientèle est composée essentiellement de voyageurs d’affaires, elle ne s'attend pas à une forte hausse de visiteurs à la suite de ce changement dans les restrictions.

De son côté, la propriétaire du salon de coiffure Urban Hair Design à Regina, Jill Lee, se réjouit de la levée du port du masque obligatoire, puisqu’au plus fort de la pandémie, son commerce ne fonctionnait qu’à 50% de sa capacité. 

Avec la levée du port du masque, nous pourrons fonctionner au maximum de notre capacité. Cela nous aidera financièrement, à gagner tout ce que nous avons perdu.

Une citation de :Jill Lee, propriétaire du salon de coiffure Urban Hair, à Regina

Elle croit que les clients seront également ravis de ne plus avoir à le porter. 

Jill Lee est consciente que certains pourraient encore porter le masque pour leur propre confort. Ça ne la dérange pas.

Ce n'est pas grave. Tout le monde est le bienvenu quand même, confirme-t-elle. 

D’après les informations de Mercia Moosely et Katia St. Jean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !