•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des détenteurs de billets du Grand Prix F1 du Canada 2020 toujours non remboursés

Une Ferrari sur la piste lors d'une séance d'essais à Montréal en 2019.

La Ferrari de Charles Leclerc lors d'une séance d'essais au Grand Prix de formule 1 du Canada en 2019

Photo : Getty Images / Dan Istitene

Une année après la première annulation du Grand Prix de formule 1 à Montréal, des détenteurs de billets peinent à obtenir leur remboursement. L’un des fournisseurs officiels de billets de formule 1, Gootickets, leur impose une démarche fastidieuse.

Pour Noël en 2019, Michelle Savoy offre à son fils deux billets d’une valeur totale de près de 400 $ achetés de Gootickets pour les trois journées du Grand Prix de juin 2020, finalement radié du calendrier en raison de la pandémie.

J’ai opté pour avoir un remboursement avec des frais d’administration de 10 %, explique-t-elle. À la suite de cela, j’ai reçu plusieurs courriels me disant qu’il y avait des empêchements et des retards.

Le 1er juin dernier, elle reçoit un courriel de Gootickets indiquant qu’elle pourra finalement obtenir son remboursement. Le fournisseur venait de toucher les fonds du Grand Prix de formule 1 du Canada grâce à l’acquisition du promoteur de l’événement par Bell. Un mois plus tôt, le géant des télécommunications mettait la main sur le Groupe de course Octane et s’engageait à rembourser les détenteurs de billets qui préféraient cette option.

Surprise : Mme Savoy constate qu’elle ne peut obtenir son dû par un simple remboursement sur sa carte de crédit, puisque la transaction, indique Gootickets, a eu lieu depuis plus de 18 mois. Une institution financière de Monaco, où est basée sa société mère Platinium Group, doit effectuer un transfert de fonds international vers son compte bancaire.

Pour ce faire, le fournisseur exige un document de Michelle Savoy avec les détails suivants : son nom, son adresse et son numéro de compte bancaire, le code d'identification international et l’adresse de sa banque, ainsi que le code de l’intermédiaire de sa banque pour réaliser des transferts internationaux.

Premièrement, je n’ai pas cliqué parce que je pensais sincèrement que c’était une cyberattaque, affirme-t-elle. Je me disais : ça ne se peut pas qu’une entité me demande ces informations.

J’ai décidé d’ignorer la requête et je me suis dit que je ne pourrai pas avoir mon argent [...] Ça me choque parce qu’on veut acheter une place crédible et c’était la seule place offerte quand j’ai cherché "formule 1 Montréal".

Une citation de :Michelle Savoy

Dans ce genre de situation, l’avocate d’Option consommateurs Sylvie De Bellefeuille recommande de vérifier auprès de son institution financière quelles sont les informations à transmettre dans le cadre d’un transfert international afin de s’assurer de ne pas en donner plus que nécessaire.

Les revendeurs, responsables

Si Gootickets dit être forcée d’agir ainsi dans ledit courriel, les amateurs de course automobile qui avaient acheté directement leurs billets auprès du promoteur ont pourtant été remboursés selon le mode de paiement original, indique la directrice des communications et du marketing du Groupe de course Octane, Sandrine Garneau-Le Bel.

Le groupe montréalais soutient avoir remboursé tous les revendeurs de billets, dont Gootickets, et qu’ils sont responsables d’effectuer les remboursements auprès de leurs détenteurs de billets. Il n’a pas été possible de savoir combien de billets avaient été vendus par Gootickets.

Le fournisseur, pour sa part, n’a jamais répondu à nos questions.

Une tactique?

Un autre détenteur de billets, David Briand, s’est résigné à ouvrir un compte bancaire seulement pour obtenir les près de 900 $ retenus chez Gootickets, après quoi il le fermera. Il n’a pas caché sa frustration à l’égard de ce processus qu’il qualifie de louche.

Je ne comprends seulement pas la logique, dit celui qui est toujours en attente de son remboursement. Cela semble être une tactique.

De l'avis de l’économiste du sport de l’Université Concordia Moshe Lander, Gootickets semble tirer avantage de ses propres clients, ce qui n’est jamais bon comme stratégie d’affaires à long terme. Peut-être qu’ils cherchent à utiliser temporairement [l’argent comme] un prêt sans intérêt jusqu’à ce que la situation dégénère à un point où ce n’est plus à son avantage, suppose-t-il.

Une autre détentrice de billets avec qui nous avons pu nous entretenir évoque un horrible gâchis compliqué. Gootickets a demandé des informations supplémentaires, soit presque tout sauf un échantillon d’ADN, ironise-t-elle. J'ai totalement boycotté la F1.

En vertu de la Loi sur la protection du consommateur, Sylvie De Bellefeuille d’Option consommateurs rappelle qu’il aurait été possible, après l’annulation de l’événement, d’exiger l’annulation du contrat et un remboursement dans un délai de 15 jours. Suivant un refus du vendeur, une demande de rétrofacturation peut être soumise à son émetteur de carte de crédit à l’intérieur d’une période de 60 jours. Une option qui vaut la peine d’être explorée.

En effet, il sera autrement toujours plus difficile de poursuivre devant la cour des petites créances une société étrangère comme Gootickets puis de recouvrer son argent, malgré un jugement favorable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !