•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les consommateurs jouiront de la baisse du prix du bois d'œuvre

Des morceaux de bois étalés dans la cour d'un magasin.

Certains détaillants pourraient devoir vendre leur inventaire à perte en raison de la baisse du prix du bois d'œuvre.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Radio-Canada

Si le prix du bois d'œuvre a fait grincer les dents de plusieurs consommateurs au cours des dernières semaines, voilà qu’ils pourraient bientôt faire des affaires intéressantes dans les quincailleries.

Après avoir atteint des sommets en mai dernier, le prix du bois a chuté au cours des dernières semaines sur le marché mondial et l’effet devrait se faire sentir tant chez les détaillants que chez les consommateurs, selon plusieurs experts. Le prix s’établit actuellement à environ 1200 $ par mille pieds mesure de planche, alors qu’il avait grimpé à plus de 1800 $ au plus fort.

Cette diminution s’explique par une hausse de l’offre et une baisse de la demande. Les travaux de rénovation ont moins la cote en cette période de déconfinement, contrairement à la même période l’an dernier.

On a une augmentation de l'offre alors qu'il y a une certaine diminution de la demande, parce que plusieurs consommateurs ont reporté leurs projets de rénovation. C'est exactement le phénomène inverse qu'on a vécu au printemps dernier, et donc les prix baissent et ils baissent très, très rapidement, explique le professeur de politique forestière et d’évaluation environnementale à l’Université Laval, Luc Bouthillier.

Un marché mis à mal

La hausse vertigineuse des prix commençait d’ailleurs à faire mal à l’ensemble de l’industrie, selon le directeur des ventes de l’entreprise Les Bois du Fjord, Jean-Pierre Bouchard.

Les prix n'étaient plus nécessairement tenables. C'était difficile pour tout le monde, les entrepreneurs, les constructeurs et les clients aussi d'arriver avec les prix qu'on voyait. Donc, c'est certain qu'il y a eu une accalmie.

Les quincailleries anticipent donc d’écouler leur stock à perte. Il serait toutefois étonnant que le prix du bois d'œuvre baisse à son niveau d'avant la pandémie.

Un homme devant des morceaux de bois.

Le président du centre de rénovation Rénocentre RDB, Normand Blanchette, dit avoir payé 100 000 $ pour une cargaison de bois traité dans les dernières semaines, du jamais-vu pour lui.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Il faut s'ajuster au marché. Si le marché baisse, on baisse. C'est sûr que quand on achète et le marché monte, on en profite. Mais à l'inverse, quand le marché est haut, on achète cher, mais après, ça baisse et bien on baisse aussi. On a des pénalités, signale le président du centre de rénovation Rénocentre RDB de Chicoutimi, Normand Blanchette.

Un marché à 400-500-600 $ [par mille pieds mesure de planche] n'était pas nécessairement viable pour les scieries. Donc, au lieu d'un 400-500 dans les prix moyens, on va plus parler d'un 800 $. Ce qui serait plus plausible et ce qui aurait le plus de sens, parce qu'il y a de plus en plus de facteurs qui rendent la vie difficile aux scieries, ajoute Jean-Pierre Bouchard.

Si le marché devrait se stabiliser au cours des prochains mois, il n'est pas à l'abri d'une autre hausse, mettent en garde les experts.

D’après un reportage de Gabrielle Morissette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !