•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Journée nationale des peuples autochtones devrait-elle être fériée au Nunavut?

Un homme tend un sac contenant un morceau d'omble de l'Arctique.

Un employé de la Ville d'Iqaluit distribue des sacs d'omble de l'Arctique à des résidents à l'occasion de la Journée nationale des peuples autochtones, le 21 juin 2021.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

L’année 2021 commémore la 25e Journée nationale des peuples autochtones. Contrairement au Yukon et aux Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut n’a pas déclaré le 21 juin un jour férié, mais plusieurs Nunavummiut souhaiteraient qu’il en soit autrement.

Je pense qu’il serait bien que la Journée nationale des peuples autochtones soit reconnue comme un jour férié ici au Nunavut, affirme Miali Coley-Sudlovenick, une résidente d’Iqaluit.

Les Inuit et tous les Autochtones qui se trouvent au Nunavut devraient être capables de profiter en toute liberté de cette journée et de célébrer [...] notre culture, notre identité, notre langue [et] ce que nous avons accompli.

Une citation de :Miali Coley-Sudlovenick, résidente d’Iqaluit
Miali Coley-Sudlovenick est agenouillée avec son mari et ses deux jeunes filles à l'intérieur d'un igloo.

Miali Coley-Sudlovenick aux côtés de son mari et de ses deux filles lors du festival Qaggiq 2021, à Iqaluit

Photo : Photo fournie par Miali Coley-Sudlovenick

Elle ajoute que cette journée prend encore plus d’importance à ses yeux depuis la localisation de 215 emplacements qui pourraient contenir les restes d'enfants morts au pensionnat pour Autochtones de Kamloops, à la fin mai.

Il y a vraiment un besoin de prendre le temps de guérir, et ce serait important que les Autochtones au Nunavut aient aussi l’occasion de le faire en cette journée, dit-elle.

Miali Coley-Sudlovenick envisage par ailleurs de s’abstenir de célébrer la fête du Canada, le 1er juillet, et d’arborer un chandail orange à la mémoire des enfants décédés.

Holly Uvilluk, une autre résidente d’Iqaluit, abonde dans le même sens : Nous le méritons, particulièrement après la découverte de ces enfants qui a ravivé de nombreux mauvais souvenirs.

Une mère se tient à côté de son fils dans une rue d'Iqaluit.

Holly Uvilluk et son fils, Dawson, dans une rue d'Iqaluit

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Jour férié pour la fête du Nunavut

En 2020, le gouvernement territorial a déclaré la fête du Nunavut, le 9 juillet, jour férié.

La fête du Nunavut, le 9 juillet, est déjà un jour férié ici dans le territoire, et un jour qui honore précisément les réalisations des Inuit du Nunavut dans le cadre des revendications territoriales marquantes ayant mené à la création de notre territoire, a déclaré le premier ministre du Nunavut, Joe Savikataaq, dans un échange de courriels.

Ottawa a proclamé en 1996 la première Journée nationale des peuples autochtones, à la demande de l'Assemblée des Premières Nations (auparavant connue comme la Fraternité des Indiens du Canada) dès 1982, puis en 1995 par l'Assemblée spirituelle et la Commission royale sur les peuples autochtones.

Par ailleurs, au début juin, le Sénat a adopté à l’unanimité le projet de loi C-5 visant à faire du 30 septembre la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, en vue d’honorer les survivants des pensionnats autochtones et de répondre à l’une des recommandations de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada.

Célébrations à Iqaluit

Même si la Journée nationale des peuples autochtones n’est pas déclarée fériée, plusieurs activités sont organisées dans la capitale territoriale.

En après-midi, la Ville a notamment aménagé une série de stations éphémères pour distribuer de la nourriture traditionnelle à des résidents d’Iqaluit. Elle tient aussi des concours virtuels de perlage et de pâtisserie, une chasse au trésor et des circuits de course à pied à travers la capitale.

Le festival des arts Alianait organise quant à lui un concert à Apex, près d’Iqaluit, où se produiront les chanteuses inuit Aasiva et Brenda Montana. Les spectateurs devront demeurer dans leur véhicule durant la durée de l’événement pour respecter les restrictions sanitaires en vigueur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !