•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Internet haute vitesse accessible partout dans la région d’ici septembre 2022

Pierre Dufour, Pierre Karl Péladeau et Suzanne Blais en conférence de presse.

Le ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue, Pierre Dufour, le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, ainsi que la députée d'Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, étaient présents lors de l'annonce.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Les quelque 13 000 résidences de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec qui n’ont toujours pas accès à Internet haute vitesse seront branchées d'ici le 30 septembre 2022.

C'est l'entreprise Vidéotron qui a été sélectionnée pour mettre en œuvre l'Opération haute vitesse Canada-Québec dans la région.

Le ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue, Pierre Dufour, en a fait l'annonce en compagnie de Pierre-Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor, à Val-d'Or lundi.

Pierre Karl Péladeau en conférence de presse.

Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, a pris la parole lors de la conférence de presse tenue à Val-d'Or lundi.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Les 13 300 foyers sont situés dans pas moins de 68 municipalités de la région.

Vidéotron recevra 121 millions de dollars de l'Opération haute vitesse Canada-Québec et le coût total du projet s'élève à 127,72 millions de dollars, répartis à parts égales entre Ottawa et Québec.

Le ministre Pierre Dufour estime que le gouvernement de la CAQ remplit ainsi une promesse phare de sa campagne 2018, surtout que la région affichait un retard à ce chapitre.

Il y a eu toutes sortes de tergiversations depuis les dernières années parce que les programmes ne répondaient pas aux besoins, rappelle-t-il. On peut juste être satisfait de cette annonce. Avec la pandémie, on a vu l’importance d’avoir accès à un réseau de qualité. On a vécu toutes sortes de problématiques et c’est devenu un service essentiel.

Selon le député Gilles Bélanger, responsable du dossier Internet haute vitesse au sein du gouvernement Legault, la région présentait un intérêt pour plusieurs joueurs et Vidéotron a obtenu le contrat à la suite d’un processus concurrentiel.

Il promet que le déploiement de la fibre optique se fera rapidement et sans délai, pour tous les foyers qui n’ont pas présentement accès à une vitesse d’au moins 50 mégabits par seconde.

Vidéotron va d’abord établir un inventaire, faire une validation avec les MRC et les municipalités, pour s’assurer qu’on n’oublie personne, explique-t-il. L’entreprise va ensuite proposer un échéancier de déploiement et mettre en place une carte où les gens vont pouvoir savoir quand se fera le déploiement et le branchement dans leur secteur.

Pierre-Karl Péladeau affirme pour sa part que la région a souffert trop longtemps de l’absence de concurrence.

Nous nous sommes engagés depuis quelques mois à offrir des services alternatifs à Bell, qui n’a pas créé le meilleur environnement pour que la région puisse avoir les meilleures infrastructures de télécommunications, lance le président de Québécor. 

Une nouvelle bien accueillie

Le président de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue, Martin Ferron, se réjouit grandement de cette annonce qui vient répondre à une demande maintes fois exprimée par les leaders politiques et économiques de la région.

On est content parce qu’on a un échéancier clair. On sait où on s’en va et ça devrait être livré dans des délais concrets, tangibles et mesurables. C’est beaucoup d’argent investi, mais c’est surtout reconnaître l’occupation du territoire. On veut que les gens des grands centres viennent vivre chez nous et aient tous les outils pour se développer, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !