•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Ontarien plaide coupable d'accusations de terrorisme

Ikar Mao prend une photo de lui avec un téléphone cellulaire.

Ikar Mao a plaidé coupable d'un chef d'accusation lié au terrorisme.

Photo : couchsurfing.com

Radio-Canada

Ikar Mao, un homme de Guelph, en Ontario, a quitté le Canada avec sa femme afin de rejoindre les rangs de Daech, en Syrie, en 2019.

L’homme de 23 ans a plaidé coupable d'un chef d’accusation : Quitter le Canada : perpétration d’une infraction au profit d’un groupe terroriste, en vertu du Code criminel. Les autres accusations ont été abandonnées.

De plus, les accusations qui avaient été portées contre sa femme, Haleema Mustafa, seront suspendues, a confirmé la Couronne. Le Service des poursuites pénales du Canada indique dans un communiqué que la Couronne s'attend à suspendre les accusations contre elle plus tard cette semaine lorsque Ikar Mao sera condamné.

Haleema Mustafa sur une photo de mode.

Les accusations contre Haleema Mustafa seront suspendues. (Archives)

Photo : CBC/Tina Mackenzie

Le communiqué indique que la suspension des accusations contre Haleema Mustafa est appropriée dans les circonstances, compte tenu de son rôle, des preuves contre elle et de l'évaluation de la protection de la sécurité publique.

Le communiqué ajoute que la GRC a été consultée et que la femme a été détenue pendant environ huit mois en attendant la résolution.

Les documents de cour confirment que le couple a quitté le Canada le 27 juin 2019 vers la Tunisie pour ensuite se rendre en Turquie. Ikar Mao a envoyé un message le 11 juillet à sa famille et à celle de sa femme pour dire qu’ils avaient quitté le pays pour devenir membres de Daech.

Des membres de la famille ont alerté la GRC. La police a alors alerté la Turquie. Le couple a été arrêté à Sanliurfa, en Turquie, près de la frontière syrienne.

Ils ont été détenus en Turquie, puis acquittés en Turquie d’accusations selon lesquelles ils étaient membres de Daech.

Mais à leur retour au Canada, le 19 octobre 2019, ils ont été arrêtés par les autorités canadiennes.

Celles-ci ont saisi les appareils électroniques du couple. De la propagande de Daech et des messages incriminants sur les médias sociaux Twitter et Telegram y ont été découverts.

L’affaire se poursuit au tribunal mercredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !