•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des personnes disparues restent parmi nous grâce à Google Street View

Une photo d'une voiture surmontée d'un appareil photo à 360 degrés et sur laquelle on peut lire « Google Street View ».

Les voitures de Google Street View sillonnent les rues dans 87 pays.

Photo : Google

Radio-Canada

Sur les routes que parcourent les voitures de Google munies de caméras à 360 degrés, on aperçoit des paysages, des maisons, mais aussi des personnes qui vaquent à leurs occupations. Ces jours-ci, des internautes naviguent sur Google Street View (vue de la rue) à la recherche d’êtres chers aujourd’hui disparus, mais figés dans le temps sur l’outil.

Chercher sa maison sur la fonction Street View de Google Maps, lancée en 2007, qui ne l’a pas déjà fait? Sur le réseau social Twitter, plusieurs gazouillis font ressortir des captures d’écran tirées du logiciel montrant des personnes aujourd’hui décédées.

L’écrivaine britannique Sherri Turner a raconté à Vox avoir utilisé la fonction de voyage dans le temps de Street View – qui permet de restaurer des versions antérieures des panoramas en 360 degrés captés par les caméras de Google – afin de voir l’évolution de la maison de sa mère, décédée il y a quatre ans. Lorsque la voiture de Google est passée sur sa rue en 2009, la lumière brillait à l’intérieur de la maison. Son gazouillis sur cette histoire a récolté des centaines de milliers de mentions J’aime.

Le même phénomène s’est produit sur le compte Twitter Fesshole, qui demande aux internautes de soumettre des confessions anonymes. Une personne a déclaré avoir recherché sur la plateforme des images prises avant le décès de son père. Un vaste fil de discussion où des internautes partageaient des photos de leurs proches qui ont rendu leur dernier souffle, mais qui étaient toujours en vie sur Street View, a suivi.

Neil Henderson, un rédacteur en chef de la BBC, s’est prêté au jeu et a partagé une image de son défunt père devant sa porte, mentionnant que la vue de Google Street View était très touchante, comme si [son père] était toujours là.

Des enjeux de vie privée

Si ces images apportent parfois du réconfort, des voix soulèvent des inquiétudes quant à la vie privée. Plusieurs personnes ne savent pas que des images d’elles se retrouvent sur la plateforme. Les personnes décédées n'ont pas, non plus, voix au chapitre.

Google détient une grande partie du pouvoir sur ces données, et la population n’a pas eu de véritable rôle à jouer dans la définition de normes sur ces informations récoltées.

En Californie, un père a notamment dû interpeller Google en 2013 afin qu’une image aérienne du cadavre de son fils soit retirée.

Le géant affirme avoir mis en place des mesures afin de préserver la vie privée de la population, notamment en effaçant les plaques d’immatriculation, de même que les visages des personnes capturées par ses caméras. Toutefois, certaines caractéristiques sont toujours visibles, ce qui permettrait tout de même à des proches de les identifier.

Une tendance par cycle

Ce n’est pas la première fois que les internautes utilisent Street View pour ressusciter des proches. L’un des derniers exemples en date remonte à 2020, lorsqu'une internaute a publié un message sur Twitter mentionnant qu’elle avait trouvé une image de son grand-père aujourd’hui décédé sur l’outil, générant quelque 400 000 mentions J’aime.

Google Street View a aussi la cote sur TikTok, où de nombreux comptes s’affairent à repérer des anomalies, allant de corps drôlement affichés à des tempêtes de sable visibles sur l’outil. Il existe plus de 660 millions de vidéos étiquetées Google Street View sur l’application.

Avec les informations de Vox, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !