•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nunatsiavut prend le relais pour les services de protection de l'enfance

L'affiche du gouvernement du Nunatsiavut devant un bâtiment.

Le gouvernement du Nunatsiavut, qui est basé à Makkovik, au Labrador, va prendre en main les services de protection de l'enfance dans la région (archives).

Photo : CBC / Holly Andersen

Radio-Canada

Le ministère de la Santé et du Développement social du Nunatsiavut annonce qu’il va se charger des services de protection de l’enfance dans sa communauté. Ils étaient jusqu’à présent offerts par le gouvernement provincial de Terre-Neuve-et-Labrador.

Selon le ministre de la Santé et du Développement social du Nunatsiavut, Gerald Asivak, son gouvernement sait depuis longtemps que les enfants autochtones et leur famille sont surreprésentés dans ces services. Il qualifie cette pratique de coloniale et de désuète.

Les familles au Nunatsiavut souhaitent que le territoire puisse compter sur ses propres services de protection de l’enfance, indique le ministre Asivak. Son gouvernement, dit-il, comprend cette demande et agit en ce sens depuis quelques années.

Gerald Asivak.

Gerald Asivak, ministre de la Santé et du Développement social du gouvernement du Nunatsiavut, estime que le service provincial de protection de l'enfance est colonial et désuet.

Photo : CBC/Garrett Barry

Le système actuel, selon lui, n’insiste pas suffisamment sur la prévention et l’intervention. Le système comprend mal les traumatismes psychologiques des Inuit liés aux pensionnats autochtones et aux relogements, souligne M. Asivak.

Le ministre espère qu’un nouveau système de protection de l’enfance axé sur les Inuit, qui comprend leurs coutumes et leurs expériences, aidera à corriger le problème.

L'objectif commun est de garder les familles unies

Selon les données de 2020, jusqu’à 285 enfants et autres jeunes du Labrador étaient sous la protection des services provinciaux. Moins de la moitié d’entre eux se trouvaient dans leur propre communauté.

L’un des principaux objectifs du gouvernement du Nunatsiavut en ce domaine est de garder autant d’enfants que possible dans leur propre milieu.

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador partage cet engagement, assure le ministre des Enfants, des Aînés et du Développement social, John Abbott.

Le but commun, explique M. Abbott, est d’appuyer les enfants et leur famille et de les aider à rester unis. C’est un but prioritaire, souligne-t-il.

John Abbott.

Le ministre des Enfants, des Aînés et du Développement social de Terre-Neuve-et-Labrador, John Abbott, estime que les enfants autochtones devraient avoir accès aux services dont ils ont besoin dans leurs propres communautés (archives).

Photo : CBC/Terry Roberts

Selon John Abbott, son ministère est heureux de voir que le gouvernement du Nunatsiavut est prêt à mettre en œuvre son propre programme de protection de l’enfance. Le changement, dit-il, ne peut que bénéficier aux familles inuites dans leur territoire.

John Abbott est aussi encouragé par une récente diminution du nombre d’enfants sous la garde de son ministère, y compris dans les communautés autochtones. Lorsque les enfants sont bien soutenus, dit-il, il est possible de régler d’autres problèmes sociaux qui affligent ces communautés.

Gerald Asivak note pour sa part une hausse du nombre de familles d'accueil et de travailleurs sociaux au Nunatsiavut depuis quelques années ainsi qu’une meilleure collaboration avec le ministère provincial. Il voit là des signes de succès.

Il est impératif de faire en sorte que ces enfants puissent continuer d’aller à l’école et de participer aux activités de leur communauté qui les soutient, conclut le ministre Gerald Asivak.

Avec les renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !