•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet communautaire pour retrouver des tombes à l'ancien pensionnat de Brandon

Des ruines de ciment, des briques dans un endroit avec des arbres et du long gazon.

Il ne reste que des ruines sur le site du pensionnat pour Autochtones de Brandon.

Photo : Radio-Canada / Société historique du Manitoba

Radio-Canada

Bien avant la découverte des restes de 215 enfants sur le site d’un ancien pensionnat pour Autochtones à Kamloops à la fin mai, une équipe cherchait déjà des dépouilles non identifiées à Brandon, au Manitoba.

Dans cette quête, elle fait appel à la communauté et aux indices offerts par des aînés de la Première Nation Sioux Valley Dakota. 

Les chercheurs veulent aussi obtenir des photographies des étudiants qui ont fréquenté le pensionnat pour Autochtones de Brandon. 

La Première Nation, qui possède le terrain du pensionnat qui était en activité de 1895 à 1972, s’est associée à des chercheurs universitaires, entre autres de l’Université de Brandon pour identifier tous les enfants décédés. Une équipe multidisciplinaire a donc été formée. 

Le Brandon Indian Residential School Project a démarré en 2019.  Or, son travail a été mis en lumière par les récentes découvertes à Kamloops. Il a été accéléré suivant les appels à l’action après la découverte, alors que la pandémie avait ralenti les recherches. 

À Brandon, 104 sépultures potentielles ont été identifiées dans trois cimetières, mais seulement 78 peuvent être confirmées par de la documentation historique, a indiqué la cheffe de la Première Nation Sioux Valley Dakota, Jennifer Bone, dans un communiqué. 

Selon Katherine Nichols, candidate au doctorat à l’Université Simon Fraser en Colombie-Britannique, qui travaille avec les départements d’études autochtones et d’archéologie, l’aide apportée par les aînés aide à délimiter les zones de recherche.

Brandon compte 900 acres (3,6 km carrés). C’est un très large périmètre à rechercher et à protéger, dit-elle. 

Jennifer Bone a bon espoir que l’approche de cette équipe de recherche pour retrouver des sépultures servira de guide pour les autres nations autochtones qui veulent à leur tour enquêter pour retrouver des enfants des pensionnats qui ne sont jamais rentrés à la maison. 

Le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas, croit que le modèle de collaboration pourrait être répliqué.

La semaine dernière, le grand chef du regroupement Manitoba Keewatinowi Okimakanak (MKO), Garrison Settee, a visité le site de recherche à Brandon.

Lundi, dans le cadre de la Journée nationale des peuples autochtones, des membres de la Southern Chiefs Organization visiteront les lieux. 

Une cérémonie à la mémoire des enfants autochtones décédés dans les pensionnats aura lieu. 

Avec les informations de Ian Froese

Bannière-image du dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !