•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un retard de vaccination à Richmond, depuis rattrapé, lié à de la désinformation

Une femme porte un masque et tient un vaccin.

Richmond a aujourd'hui rattrapé son retard et se situe dans la moyenne provinciale en ce qui a trait à la vaccination contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un retard de vaccination à Richmond, depuis rattrapé, était en partie lié à de la désinformation, selon des médecins de cette ville du Grand Vancouver.

La ville, qui abrite la plus importante communauté de Canadiens d'ascendance chinoise en Colombie-Britannique, était jusqu’à tout récemment l’endroit avec le plus bas pourcentage de personnes vaccinées dans la région métropolitaine.

Au 7 juin, 69 % de la population admissible avait reçu au moins une dose, alors que la moyenne provinciale tournait autour de 75 %.

Richmond a depuis rattrapé son retard, selon des données du centre de contrôle des maladies de la province (BCCDC).

Perception d'inefficacité

Ce retard s’explique par une hésitation à recevoir le vaccin et à des attentes irréalistes, croit le médecin de famille Henry Ngai. Bon nombre de ses patients s’inquiètent des effets secondaires et doutent de son efficacité, dit-il : Beaucoup de gens se demandent pourquoi ils prendraient un vaccin qui ne les protège pas complètement.

De la désinformation, notamment un article en provenance de Hong Kong, a aussi influencé ses patients, selon lui : Ça disait que si vous souffrez d'hypertension artérielle, si vous avez été traité pour une maladie de la thyroïde, ou si vous souffrez de diabète et de problèmes cardiaques, vous ne devriez pas vous faire vacciner.

Ces personnes courent un risque de complications graves en raison de la COVID-19, ajoute-t-il. Ce sont des personnes qui ont grandement besoin du vaccin.

Une passagère masquée à l'aéroport de Vancouver.

Richmond abrite la plus importante communauté chinoise de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Craintes liées aux voyages

Certains ressortissants chinois craignent ne pas être en mesure de rentrer dans leur pays natal s’ils reçoivent un vaccin qui n’est pas chinois.

À la mi-mars, le média américain CNBC rapportait que des ambassades chinoises du monde entier révisaient la façon dont les voyageurs pouvaient présenter des demandes de visa. Les personnes n’ayant pas reçu de vaccins chinois auraient été tenues de fournir des documents supplémentaires et des motifs de voyage plus précis.

Le mois suivant, ces mesures ont été annulées à la suite des réactions des pays où les vaccins chinois ne sont pas offerts.

Atteindre les personnes âgées

Des personnes âgées confinées à la maison ne savent pas forcément qu'elles peuvent être vaccinées à domicile, souligne une médecin hygiéniste de la régie de la santé Vancouver Coastal, Meena Dawar.

Nous devons réfléchir aux raisons qui font que certaines personnes ne se font pas vacciner et répondre à ces préoccupations afin qu’elles puissent être protégées, fait-elle valoir.

Avec les informations de Steve Zhang

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !