•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Premières Nations demandent l’annulation des célébrations de la fête du Canada

Une femme avec des drapeaux du Canada dans les cheveux.

Des Premières Nations de l'île Manitoulin proposent que l'on annule les célébrations de la fête du Canada cette année.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Les chefs des Premières Nations de l’île Manitoulin demandent aux Canadiens de ne pas célébrer la fête du Canada cette année en raison des nombreuses découvertes de sites de sépultures non identifiés liés aux pensionnats autochtones au pays.

Patsy Corbiere, cheffe de la Première Nation Aundeck Omni Kaning sur l’île Manitoulin, ne va pas participer aux festivités de la fête du Canada cette année, elle espère que ses voisins et les Canadiens feront de même.

Mme Corbiere est aussi la présidente du conseil des chefs unis Mnidoo Mnising (UCCMM), qui représente les Premières Nations sur le territoire de l’île Manitoulin.

Une femme assise sur une chaise.

Patsy Corbiere est cheffe de la Première Nation Aundeck Omni Kaning sur l’île Manitoulin.

Photo : Avec l'autorisation de Patsy Corbiere

L'UCCMM demande aux Canadiens de ne pas célébrer la fête du Canada cette année. L’organisme demande plutôt à la population de profiter de cette journée pour s'informer sur l'histoire des pensionnats autochtones et sur les répercussions qu'ils ont encore.

Nous ne voulons pas effrayer les gens, pour qu'ils ne célèbrent pas la fête du Canada, affirme Mme Corbiere.

Mais ce qu'ils doivent faire, c'est lire le rapport de la Commission de vérité et réconciliation du Canada pour s'éduquer et savoir comment résoudre les enjeux qui y ont été soulevés, indique-t-elle.

L'UCCMM a fait cette recommandation à la lumière de la découverte des dépouilles d’au moins 215 enfants autochtones sur le site d'un ancien pensionnat à Kamloops.

Que célèbre-t-on lors de la fête du Canada?

Mme Corbiere affirme que ce n'est pas le bon moment pour organiser les célébrations habituelles de la fête du Canada, alors que les gens à travers le pays en apprennent davantage sur les pensionnats et sur les traumatismes qu’ils ont causés.

Le Canada est censé être une nation d'amour, d'attention et de gentillesse, mais il y a en arrière-plan ce qui a été fait aux membres des Premières Nations, donc que célèbre-t-on lors de la fête du Canada? demande-t-elle.

Les choses terribles qui ont été faites dans le passé devraient faire l'objet d'une enquête et être résolues, indique Al MacNevin, le maire de la communauté de Northeastern Manitoulin and the Islands (NEMI).

Des gens dansent à la file.

La Fête du Canada au musée Science Nord de Sudbury de 2018 faisait place à un spectacle de danse autochtone. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Mais cela ne signifie pas qu'en tant que pays, nous devons abandonner les célébrations que nous organisons pour un pays que nous aimons tous, ajoute-t-il, affirmant que la municipalité n'a pas été invitée directement à annuler ses plans.

Ailleurs dans le Nord-Est, la Ville du Grand Sudbury parraine habituellement l'événement de la fête du Canada organisé par Science Nord et d'autres organisations.

Un porte-parole a indiqué que la ville n'a aucune information à partager pour le moment au sujet de ces plans.

À North Bay, le maire Al McDonald affirme que la Ville est sensible à ce qui se passe à travers le pays, mais que pour le moment, les plans sont en place pour des célébrations virtuelles pour marquer l'occasion. M. McDonald ajoute que la Ville n'a reçu aucune demande directe concernant l'annulation des plans de célébration.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !