•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur touristique dans l’urgence de trouver des travailleurs pour l'été

Vue de la rue des Forges, au centre-ville de Trois-Rivières.

La rue des Forges, au centre-ville de Trois-Rivières, accueille des dizaines d'événements culturels et touristiques pendant la saison estivale.

Photo : Tourisme Trois-Rivières

L’industrie touristique trifluvienne lance un appel aux personnes souhaitant occuper un emploi en tourisme cet été : les besoins sont criants.

Selon Daniel Rioux, coordonnateur pour le tourisme à IDE Trois-Rivières, il y a une soixantaine de postes à pourvoir à l’heure actuelle. Une centaine de postes ont déjà été annoncés depuis le début. Ça roule tout le temps continuellement, il y en a tout le temps, c’est du jamais-vu, constate-t-il. Pour l’heure, IDE Trois-Rivières prévoit qu’environ 500 postes seront à pourvoir à Trois-Rivières cet été.

C’est assez urgent parce qu’on est rendu le 21 juin.

Une citation de :Daniel Rioux, coordonnateur pour le tourisme, IDE Trois-Rivières

Parmi les postes disponibles, les employeurs cherchent des placiers dans les salles de spectacle, des serveurs et des cuisiniers, des sauveteurs, des préposés à l’accueil, des animateurs muséaux, illustre-t-il.

Les employeurs sont issus de différents secteurs. Parmi les entreprises en recherche, on retrouve Cultur3r, Hôtel Oui GO!, le Festivoix, l’Aqua Parc H2O, l’Île Saint-Quentin, l’Auberge du Lac Saint-Pierre, le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap et KiNipi spa nordique et hébergement.

Daniel Rioux, qui souligne que la plupart des emplois sont à l’extérieur, invite les jeunes à postuler.

IDE Trois-Rivières estime d’ailleurs que la pénurie de main-d'œuvre dans cette industrie frappera de nouveau l’an prochain. Daniel Rioux considère que c’est un problème récurrent depuis deux ans.

Il rappelle que le recrutement durant la saison estivale 2019 n’était pas évident. Il y avait beaucoup de restaurants qui étaient fermés au mois d’août sur l’heure du midi, indique-t-il. Cette année, beaucoup de jeunes, avec tout ce qu’ils ont vécu, ont décidé de ne pas travailler, explique-t-il en se montrant compréhensif face à leur situation.

L’organisme prévoit assister les entreprises locales plus tôt en 2022, question d’éviter qu’elles soient pénalisées faute de travailleurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !