•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un autobus pour aller à la rencontre des consommateurs de drogues à Penticton

Un cœur avec une seringue, une pipe, et une banderole où l'on peut lire POPS.

La Société de prévention des surdoses de Penticton (POPS) espère aider à prévenir les surdoses dans la communauté.

Photo : Penticton Overdose Prevention Society/Facebook

Radio-Canada

La Société de prévention des surdoses de Penticton (POPS), un organisme à but non lucratif, part à la rencontre des consommateurs de drogue. Son nouveau service de consommation supervisée, inauguré plus tôt cette semaine, est dans un autobus.

À l'aide de ce site de consommation gratuit et sécuritaire, les organisateurs de l’initiative bénévole espèrent ainsi aider à prévenir les surdoses dans la communauté.

Nous pouvons réagir très rapidement et leur fournir les services vitaux dont ils ont besoin dès qu'un consommateur est victime d'une surdose, soutient la cofondatrice Desiree Franz.

L'idée de transformer un autobus en site de consommation sûre était en préparation depuis un certain temps, explique-t-elle. L'organisation a décidé que le besoin était trop urgent pour attendre plus longtemps lorsqu'un membre de la communauté est décédé d'une surdose à la fin mai.

Il ne serait probablement pas décédé si les services étaient déjà en place. Des gens meurent dans notre communauté et nous voulons simplement empêcher que ça se produise.

Une citation de :Desiree Franz, cofondatrice de POPS

Depuis 2016, des organismes peuvent mettre en place de tels services en vertu d’un décret provincial, si leur communauté en a besoin. Il appartient cependant à chaque municipalité de déterminer ce besoin.

La POPS n’a pas demandé la permission avant de mettre le service sur pied, mais Mme Franz espère que la Ville ne leur mettra pas trop de bâtons dans les roues.

C'est un service nécessaire et je pense que nous pouvons en faire la démonstration assez facilement si nous faisons face à une certaine opposition, dit-elle. Regarder les gens mourir inutilement […] nous pouvons changer ça, nous pouvons faire une différence.

Une surprise pour la Ville de Penticton

Dans une déclaration écrite, la Ville de Penticton affirme qu'elle n'était pas au courant du nouveau service de consommation supervisée et d'en avoir appris l'existence lors de la parution d'un article à ce sujet plus tôt cette semaine. La Ville n'a délivré aucun permis à cet effet.

Nous sommes en train de comprendre les implications et les aspects juridiques ainsi que sanitaires de ce service et nous prendrons une décision sur la manière d'aborder cela une fois que nous aurons plus d'informations, précise la Ville.

Avec les informations de Daybreak South

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !