•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le corps d'un nageur retrouvé dans la rivière des Outaouais

Des unités marines mènent des recherches à bord d'embarcations, près du pont Prince-de-Galles.

Une équipe incluant la police d'Ottawa et les services ambulanciers, notamment, participait aux recherches dimanche soir.

Photo : S.B.

Radio-Canada

Le Service de police d'Ottawa (SPO) confirme lundi avoir retrouvé le corps d'un homme, porté disparu depuis dimanche, dans la rivière des Outaouais.

Le Service de police d’Ottawa (SPO) confirme qu'il s'agissait d'un homme de 26 ans originaire de London, en Ontario.

Un groupe d'individus s'était aventuré dimanche sur l'ancien pont ferroviaire Prince-de-Galles afin de sauter dans l'eau, selon les ambulanciers d'Ottawa.

L'accès au pont est habituellement bloqué par une barrière de sécurité. Mais comme l'a constaté Radio-Canada, l'entrée du côté québécois du pont n'était pas restreinte. Une barrière temporaire a finalement été installée, lundi.

La sûreté de tous est la priorité absolue de la Ville qui est propriétaire du pont Prince-de-Galles et qui continue d’agir afin de prévenir les intrusions sur cet ancien pont. La Ville a pris de multiples mesures pour empêcher les résidents d’accéder à ce pont inactif. Le personnel municipal y effectue quotidiennement des rondes de surveillance afin que personne ne s’y aventure. Le personnel y mène également régulièrement des inspections et s’assure que toutes les réparations nécessaires sont effectuées rapidement. [...] Pour la sécurité de tous, ce secteur a été fermé, a expliqué Troy Charter, directeur des opérations du transport en commun de la Ville d'Ottawa, dans une déclaration écrite.

Il précise que des discussions visant à accroître la sécurité du pont Prince-de-Galles et les mesures susmentionnées sont en cours.

Lundi, une barrière temporaire a été installée pour bloquer l'accès au pont du côté gatinois.

Lundi, une barrière temporaire a été installée pour limiter l'accès au pont du côté gatinois, qui auparavant était juste obstrué par du ruban de plastique.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Bergeron

Les unités de sauvetages d'Ottawa et de Gatineau ont reçu l'appel peu après 16 h dimanche.

Peu après 16 h, aujourd’hui, nous avons reçu un appel au 911 indiquant qu’une jeune personne a sauté depuis le pont et, une fois dans l’eau, a momentanément refait surface, pour ensuite disparaître à nouveau, a indiqué l'inspecteur Russell Lucas, de la Ville d'Ottawa, qui était sur place.

Les recherches se sont poursuivies pendant plusieurs heures avant de faire la macabre découverte, tard dimanche soir.

Les recherches étaient menées au moyen de plusieurs embarcations, certaines appartenant au Service d’incendie d’Ottawa et au SPO. Le Service de police de la Ville de Gatineau a aussi collaboré aux recherches, a précisé M. Lucas.

Un groupe d'intervenants d'une unité marine sont à bord d'une embarcation, sur la rivière des Outaouais.

Les services d'urgence menaient des recherches, dimanche soir, à bord d'embarcations.

Photo : Capture d'écran - Radio-Canada

Les recherches avaient lieu dans le secteur de l'île Lemieux.

Ce n'est malheureusement pas la première fois que ces activités de plongeon à cet endroit ont des conséquences tragiques. L'an dernier, au même endroit, un adolescent de 14 ans s'est noyé après avoir sauté du pont.

Pas un endroit sécuritaire

T. J. Jellinek, plongeur pour la police d’Ottawa, a participé aux efforts de recherche sur la rivière des Outaouais. Il se désole de voir qu’un autre nageur a perdu la vie en sautant du pont Prince-de-Galles.

Photo du policier devant le quartier général de la police d'Ottawa.

T. J. Jellinek, fait partie de l'équipe de plongeurs de l'unité marine de la police d’Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Patrick Louiseize

Ce n’est pas un endroit sécuritaire, il y a des clôtures sur le pont pour en empêcher l’accès. Chaque année, ça se passe [des noyades] et des personnes continuent d’aller sur le pont.

Une citation de :T. J. Jellinek, Unité plongée marine et sentiers, police d'Ottawa

L'eau est creuse, et il y a toujours des choses dangereuses dans l'eau, des courants, des arbres et toutes sortes de choses qu'on trouve dans une rivière. Ce n'est vraiment pas un endroit sécuritaire pour nager ou plonger, ajoute l’agent Jellinek.

Des amendes d’entrée par effraction peuvent être remises à ceux qui s’aventurent sur le pont et des policiers patrouillent dans le secteur à l’occasion, assure la Ville d'Ottawa.

En 2021, l’Unité des agents spéciaux d’OC Transpo a dressé cinq contraventions et a émis 34 avertissements verbaux et un avertissement écrit au pont Prince-de-Galles. Les membres de l’Unité utilisent leur pouvoir discrétionnaire. Leur objectif ultime est d’assurer la sécurité de tous, a indiqué James Babe, Agent spécial en chef, dans une déclaration écrite.

De son côté, Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage du Québec, recommande aux baigneurs d’utiliser les points d’eau aménagés pour la baignade ou ceux supervisés par des sauveteurs pour se rafraîchir. La rivière est constamment changeante, précise-t-il.

On ne connaît pas la profondeur, on ne connaît pas les courants qui sont sous cette surface-là, ce que j'appelle des petits vortex, des expirations vers le fond, soutient M. Hawkins.

Et il y a l'impact du saut en fonction de la hauteur qui peut causer un certain choc. Donc, ces combinaisons ajoutées à la capacité de la personne, à savoir si elle sait vraiment bien nager, et je le dis souvent, il y a une nette différence entre savoir se baigner et savoir nager.

Avec les informations d'Alexander Behne et de Jérémie Bergeron

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.