•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'un mois après l’éclosion de COVID-19 à Marsoui, les citoyens restent aux aguets

Le village, avec ses maisons et les monts Chic-Chocs en arrière-plan.

Le village de Marsoui, en Haute-Gaspésie.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

Il y a un mois et demi, la petite municipalité de Marsoui, en Haute-Gaspésie, vivait une éclosion de COVID-19. Depuis cet épisode qui a ébranlé la population, tout semble vouloir rentrer dans l’ordre.

Toutefois, le maire Ghislain Deschênes recommande la prudence à ses concitoyens.

Lundi, des régions du Québec, dont le Bas-Saint-Laurent, vont passer au palier d'alerte vert. Même s'il semble y avoir de la lumière au bout du tunnel, M. Deschênes estime qu’il faudra toujours faire attention.

Ghislain Deschênes

Ghislain Deschênes, maire de Marsoui

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Quand tu regardes la santé publique qui [craint] une quatrième vague avec le variant Delta, tu te dis qu'on ne pourra pas sauter en l’air encore! C’est sûr qu’on va avoir moins de risques avec deux piqûres, mais ce n’est jamais garanti à 100 %. Il va toujours falloir faire attention! plaide le maire.

Difficile d’oublier

En mai, l’éclosion a créé toute une commotion dans le village de 275 habitants, dont la population est principalement composée de personnes aînées. On a fermé les bureaux municipaux, le temps de laisser passer le virus. L’école a aussi été fermée.

Pancarte de bienvenue du village.

Selon le maire Deschênes, 65 % de la population de Marsoui est âgée de 65 ans et plus.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Ces événements marquants demeurent frais dans la mémoire du maire Deschênes.

On n’avait jamais eu ça avant et on en était tout fiers. Quand on nous a avertis qu’il y avait des cas, on a passé la journée stressés. On a eu tellement peur pour les enfants qu’on a arrêté de sortir, se rappelle-t-il. 

Au point de vue moral, on revient de loin. Ça nous a tellement déçus! On se disait tellement que c’était pas pour nous autres!

Une citation de :Ghislain Deschênes, maire de Marsoui

Ghislain Deschênes se dit fier de sa population, qui a respecté les consignes de santé publique.

Vivre d’espoir

Une résidente, Renée Jauvin, est plus optimiste. On continue à se protéger et on garde espoir. On sent que ça va arrêter.

Renée Jauvin.

Renée Jauvin, résidente de Marsoui

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Elle parvient à voir de bons côté aux événements difficiles vécus au cours de la pandémie.

Les gens s'entraident plus qu’avant. Tout le monde a donné un petit coup de pouce […] Ça a fait une grosse différence dans la vie du monde.

Une citation de :Renée Jauvin, résidente de Marsoui

Carole Lévesque n’a pas eu peur lorsque l’éclosion a eu lieu, considérant qu'elle avait reçu la première dose du vaccin et qu’elle évitait de sortir. 

Carole Lévesque.

Carole Lévesque, résidente de Marsoui

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Elle fonde beaucoup d'espoir sur le vaccin, mais ne fait pas d’excès de confiance. Il y aura un risque tant que tout le monde n'aura pas été vacciné. On continue de faire attention, dit-elle.

D'après le reportage de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !