•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison des fraises « stressante » pour les producteurs de l'Estrie

Les dommages du gel sont tels à la Ferme Wera que l'autocueillette des fraises tombe à l'eau.

Une pancarte indique Fermé.

La Ferme Wera n'ouvrira pas l'autocueillette cette année.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Radio-Canada

La saison des fraises bat son plein en Estrie, mais elle n'a pas la même saveur que par les années antérieures. Le gel des dernières semaines est venu apporter son lot de stress aux producteurs.

La Ferme Wera de Waterville fait partie des malchanceux. Elle ne tiendra pas d'autocueillette de fraise cette année en raison des dommages que le gel a causés dans son champ. Le propriétaire Richard Wera ne cache pas sa déception devant ce rendez-vous manqué avec sa fidèle clientèle.

C'est déprimant, c'est décevant, parce qu'on sait qu'on déçoit beaucoup de clients qui viennent depuis plusieurs années.

Une citation de :Richard Wera, propriétaire de la ferme Wera

Le gel a causé d'importants dégâts dans 75 à 80 % du champ. Les fleurs qui étaient sur le point de se transformer en fruits n'ont pas survécu à la chute de température enregistrée le 27 mai.

Ça ne vaut pas la peine de déclencher toute l'opération pour l'autocueillette et tout ce que ça implique, alors qu'il n'y a presque pas de fraises en production, se désole Richard Wera. 

En conséquence, une vingtaine d'employés qui devaient être engagés pour la saison se retrouvent sans emploi. On les a appelés pour leur dire qu'il n'y aurait pas de récoltes, donc leurs services ne seraient pas requis. C'est sûr que ça déçoit un certain nombre d'employés, décrit Richard Wera.

Cette situation aura d'importants impacts pour l'entreprise. C'est un gros manque de revenus. C'est 50 % des revenus de la ferme, ça fait un gros morceau à encaisser. On va peut-être avoir un petit dédommagement de l'assurance récolte, illustre le propriétaire. 

Richard Wera espère rattraper sa saison avec la vente des légumes au mois d'août.

D'autres fermes lancent l'autocueillette 

D'autres producteurs, quant à eux, profitent d'un beau début de saison. Leurs efforts pour protéger leurs plants leur ont permis de limiter les pertes.  

C'est le cas de la ferme Au pré bleu d'Ascot Corner, qui a connu dimanche une journée record d'achalandage à l'autocueillette, après des jours d'angoisses causés par les aléas de la météo.  

En une nuit, on peut détruire tous les efforts d'une année.

Une citation de :Olivier Simard, copropriétaire d'Au pré bleu

Olivier Simard l'admet, il a passé plusieurs nuits à peu dormir afin de veiller sur son champ lors des périodes de gel du mois de mai. En irriguant abondamment les plants de fraise, il a réussi à les protéger de l'importante baisse de température.

C'est beaucoup de stress parce qu'il ne faut pas passer droit. Il faut arroser quand c'est le temps et s'assurer que rien ne brise, explique-t-il. 

Son travail acharné, combiné à une dose de chance, lui a permis de n'enregistrer aucune perte dans son champ. Il profite maintenant de belles récoltes et de l'enthousiasme de ses clients qui se déplacent en grand nombre pour l'autocueillette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !