•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hydravion à Thompson rappelle le souvenir des pensionnats pour Autochtones  

Un avion de brousse à Thompson au Manitoba.

Selon des survivants de pensionnats pour Autochtones, des appareils de ce type sont utilisés pour transporter les enfants vers ces établissements.

Photo :  CBC / Lenard Monkman

Radio-Canada

Un monument de Thompson au Manitoba qui rend hommage à l’aviation dans le nord de la province rappelle également un passé douloureux pour les survivants des pensionnats pour Autochtones, dont plusieurs ont été transportés par avion de leurs communautés vers les pensionnats.

Il y a quelques années, Rene Jobb 76 ans, survivant des pensionnats, originaire de Southend Reindeer Lake, en Saskatchewan, et sa fille se sont rendus à Thompson pour une réunion.

Ils y ont vu le monument représentant un hydravion Norseman de 1946, qui a été restauré et implanté dans la ville en 2008 par les membres du sentier Spirit Way en hommage aux pionniers de l'aviation dans le Nord.

M. Jobb s'est rendu compte qu'il s'agissait du même type d'avion qui avait été utilisé pour le transporter de Southend à Flin Flon, au Manitoba, vers le pensionnat pour Autochtones de Guy Hill, à The Pas, dans la même province.

Lorsqu'il a vu l'avion à Thompson, il a dit que cela lui a rappelé beaucoup de souvenirs douloureux.

Je me tenais là, à côté de l'avion, et je me suis dit qu'il devait y avoir beaucoup de larmes à l'intérieur de l'avion, a déclaré M. Jobb. 

La première fois qu’il est monté dans l’avion pour être envoyé au pensionnat, Rene Jobb avait huit ans.

Il explique que beaucoup d'enfants se sont battus pour monter dans l'avion.

Ils nous ont fait monter dans l'avion et c'est tout. Nous n'avions pas du tout le choix , a indiqué Rene Jobb, 

Rachel Merasty, la fille de Jobb, a déclaré qu'il avait informé sa famille de son expérience dans les pensionnats pour Autochtones et le fait de voir l'avion dans lequel il est monté a rendu les choses encore plus réelles.

Appel au retrait de l’hydravion

Le monument qui se trouve sur la principale route à l’entrée de la ville n'échappe pas aux membres des Premières Nations en visite à Thompson.

Andrina Dumas, dont la mère a été emmenée au pensionnat Guy Hill par avion de brousse, pense qu'il devrait être retiré.

Ça m'énerve qu'il soit là-haut et que tout le monde sache à quoi il servait, a déclaré Mme Dumas.

Je pense qu'elle devrait être enlevée et déplacée ailleurs, comme peut-être la base d'hydravions qui se trouve dans la même région. C'est ce qu'il est censé représenter, a-t-elle plaidé.

Marie Ballantyne, une aînée de la nation crie de Nisichawayasihk, a déclaré que cette demande est largement partagée par les communautés autochtones.

C'est une partie de l'histoire de Thompson elle-même et beaucoup de survivants des pensionnats ont de la difficulté à [le] voir, a-t-elle dit. 

J'ai parlé à beaucoup de gens qui aimeraient vraiment voir l'avion s'écraser. Mais bon, cela fait partie de l'histoire de cette région.

Récemment, le monument a été utilisé comme lieu de rassemblement après l’annonce de la découverte de restes d’enfants sur le terrain d’un ancien pensionnat pour Autochtones à Kamloops en Colombie-Britannique.

Avec les informations de Lenard Monkman

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !