•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Embauche de travailleurs pour aider les victimes de violence familiale à l’Î.-P.-É.

Vue sur une dame qui est devout à côté d'une fenêtre. Elle est dans le noir.

Environ 50 demandes d’ordonnance de protection d’urgence sont faites par les insulaires chaque année.

Photo : Associated Press / Pavel Golovkin

Radio-Canada

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard embauchera jusqu’à trois juges de paix pour aider les victimes de violence familiale.

Les juges de paix sont des travailleurs juridiques dont la tâche principale consiste à examiner et mettre en œuvre les ordonnances de protection d’urgence en vertu de la loi sur les victimes de violence familiale.

Ces injonctions sont appliquées lorsqu’une victime de violence familiale signale sa situation à un travailleur des services d’aide aux victimes ou à un agent de la GRC, et qu’il existe toujours une menace importante pour sa sécurité.

Environ 50 demandes d’ordonnance de protection d’urgence sont faites par les insulaires chaque année.

Fondamentalement, cette ordonnance permet à la victime de violence familiale d’avoir la possibilité de demeurer dans son domicile en toute sécurité.

Une citation de :Jayelee Grady, directrice provinciale des services aux victimes du ministère de la Justice et de la Sécurité publique

Il est primordial que les gens puissent se sentir en sécurité chez eux, affirme la directrice provinciale des services aux victimes du ministère de la Justice et de la Sécurité publique, Jayelee Grady.

L’ordonnance de protection d’urgence peut comporter différentes mesures.

Elle peut restreindre les contacts directs ou indirects avec la victime, ou aider à définir les modalités d’occupation temporaire du domicile ou de prise en charge des enfants , explique Jayelee Grady.

De nouveaux juges de paix

Il y a actuellement six juges de paix à l’Île-du-Prince-Édouard.

La province offre le service d’aide aux victimes 24 heures sur 24.

La violence familiale ne se limite pas aux heures de bureau, rappelle Jayelee Grady.

Jayelee Grady, directrice provinciale des services aux victimes du ministère de la Justice et de la Sécurité publique.

Jayelee Grady, directrice provinciale des services aux victimes du ministère de la Justice et de la Sécurité publique.

Photo : Avec la gracieuseté de Jayelee Grady, via CBC

L’ajout de deux ou trois nouveaux juges de paix devrait améliorer l’offre de services. Ces travailleurs sont généralement de garde pendant une semaine chacun.

Les candidats au poste de juge de paix doivent avoir « un intérêt, une connaissance et une compréhension de la dynamique de la violence familiale », ainsi qu’une « flexibilité avec leur horaire. »

Lorsqu’ils seront choisis, ils recevront une formation sur les dynamiques de la violence familiale et les exigences relatives à la délivrance d’une ordonnance de protection d’urgence.

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 2 juillet.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !