•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cliniques de vaccination temporaires se multiplient en Alberta

Une femme se fait vacciner dans un gymnase.

Au cours des dernières semaines, l'Africa Centre à Edmonton a servi de centre de vaccination grâce à un partenariat avec Services de santé Alberta.

Photo : Radio-Canada

Émilie Javeri

Même si plus de 70 % des Albertains admissibles ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19, certaines personnes hésitent encore. Pour les convaincre, des organismes communautaires offrent la vaccination dans leurs locaux.

Depuis vendredi et jusqu'à dimanche, le Centre islamique d'Edmonton a été transformé en centre de vaccination grâce à un partenariat entre Services de santé Alberta (AHS) et l’Association musulmane du Canada (MAC).

Jusqu’à 2000 Albertains pourraient s'y faire vacciner, annonce Murtada Shah, membre du conseil de l’association. Ici, ils peuvent recevoir aussi bien leur première que leur seconde dose et les trois vaccins (Pfizer, Moderna et AstraZeneca) sont disponibles.

Les gens se sentent plus à l'aise à l'idée de venir dans leur centre communautaire, dans leur quartier, là où ils ont l’habitude d’aller, affirme Murtada Shah.

L'entrée du Centre islamique d'Edmonton.

Services de santé Alberta offre la vaccination durant trois jours au Centre islamique d'Edmonton.

Photo : Radio-Canada

Le centre de vaccination temporaire est ouvert à tous, mais M. Shah avoue que la plupart des visiteurs viennent de la communauté et du quartier.

Il pense que la proximité facilite aussi les choses pour les personnes qui ne peuvent pas se rendre dans les grands centres de vaccination d’AHS.

Au début du mois de juin, une clinique temporaire avait ouvert ses portes dans un centre communautaire du nord-est de Calgary. Dans cette zone de la métropole où le taux de vaccination est inférieur à la moyenne provinciale, l’objectif était de permettre à 5000 Albertains de recevoir leur première dose, sans avoir besoin de prendre rendez-vous.

À Edmonton, durant cinq semaines, l’Africa Centre, le C5 North East Community Hub et le Edmonton Mennonite Centre for Newcomers se sont associés pour offrir, chacun leur tour, la vaccination dans leurs locaux.

Être en confiance

Il y a une certaine hésitation parmi certains membres de la communauté, reconnaît Rwema Kibibi, travailleur communautaire pour le C5. On a pensé que les gens seraient plus confortables dans un endroit qu’ils connaissent bien.

Beaucoup de gens, lorsqu'ils vont dans des endroits comme les hôpitaux pour se faire vacciner, sont très intimidés, confirme Emmanuel Onah, responsable des programmes jeunesse pour l’Africa Centre. Selon lui, c'est d’autant plus vrai pour les immigrants et les nouveaux arrivants.

Plus de 240 personnes sont venues dans les locaux de son organisme pour recevoir leur première dose. Il est convaincu qu’elles se sont déplacées, car elles se sentaient en confiance et en sécurité.

Rwema Kibibi est lui aussi satisfait de cette campagne de vaccination. Il dit que la demande a augmenté au cours des cinq dernières semaines. C’est la preuve, selon lui, que le bouche-à-oreille a aussi son importance.

Barrière de la langue

Le travailleur communautaire pense que la barrière de la langue est également un obstacle à la vaccination. Le fait que des membres de l’organisme soient présents pour traduire les conversations avec le personnel de Services de santé Alberta est essentiel, dit-il.

Gros plan sur une seringue injectant une dose de vaccin dans le bras de quelqu'un.

L'Africa Centre et le C5 North East Community Hub renouvelleront bientôt cette opération pour la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Jenaya Wiebe, travailleuse sociale à l’Africa Centre est du même avis. Certaines personnes ne sont pas à l’aise avec l’anglais. Nous sommes capables de les faire venir ici, car nous avons des bénévoles qui traduisent, dit-elle.

Le C5 North East Community Hub et l'Africa Centre ont déjà fait savoir qu'ils organiseront dans les semaines à venir une nouvelle campagne de vaccination en vue de l'administration de la deuxième dose du vaccin.

Carte montrant les cas de coronavirus par pays

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !