•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nord-ouest du N.-B. se réjouit de revoir des visiteurs de l'extérieur de la province

Deux résidents qui font l'essai de vélo d'eau sur la rivière Madawaska dans le secteur du centre-ville d'Edmundston.

Deux résidents qui font l'essai de vélo d'eau sur la rivière Madawaska dans le secteur du centre-ville d'Edmundston.

Photo : Kassandra Nadeau

Radio-Canada

L'ouverture des frontières du Nouveau-Brunswick au reste du pays fait beaucoup d'heureux. Depuis le jeudi 17 juin, les résidents canadiens qui ont reçu au moins une dose du vaccin contre la COVID-19 peuvent venir au Nouveau-Brunswick sans avoir à s’isoler.

Dans le nord-ouest de la province, les familles et les touristes ne sont pas les seuls à célébrer. Les gens d'affaires poussent eux aussi un soupir de soulagement.

L'autoroute Transcanadienne relie le Canada d’ouest en est. Quiconque voyage sur cette autoroute en direction est passera à Edmundston, la première ville au Nouveau-Brunswick à accueillir les visiteurs dans les provinces de l'Atlantique. Il s'agit d'une circulation importante pour la communauté d’affaires.

Edmundston est quand même choyée, reconnaît le copropriétaire de l'établissement Grey Rock Quality Hotel, Martin Lachapelle. L'autoroute principale où plus de 20 000 véhicules en moyenne passent tous les jours. Et quand on parle en moyenne, durant l’été c’est deux ou trois fois ça.

Les visiteurs se faisaient rares dans la province depuis le début de la pandémie, à cause des restrictions à la frontière avec le Québec.

Mais depuis le 17 juin, les résidents canadiens qui ont reçu au moins une dose du vaccin contre la COVID-19 peuvent maintenant venir au Nouveau-Brunswick sans avoir à s’isoler.

L'hôtel situé au bord de l’autoroute à Edmundston a ouvert ses portes en juin 2020, en pleine pandémie. Après une année difficile, l’assouplissement des restrictions à la frontière réjouit les propriétaires.

Il y a de l’activité. En une journée, il y a eu 92 réservations dans un avant-midi. Donc les gens ont tout de suite réagi, 'on peut y aller'. Beaucoup, beaucoup de gens appellent.

Une citation de :Martin Lachapelle, copropriétaire, Grey Rock Quality Hotel
L'Hôtel Grey Rock, à Edmundston

L'Hôtel Grey Rock, à Edmundston

Photo : Gracieuseté

Fébrilité aussi chez les détaillants et les restaurateurs

Grâce à l’appui de la clientèle locale, les propriétaires du café bistro Moonshin’hers et de la Boutique Au bout du Monde se sont tirés d’affaire depuis le début de la pandémie, mais ils accueillent l'ouverture de la frontière avec soulagement.

C’est certain que pour nous ça va être bénéfique, admet Sandy Hébert, co-propriétaire du café-bistro et propriétaire de la boutique. On va avoir du touriste. Ça aide à l’économie de la région. On va avoir plus de trafic.

Le propriétaire de la librairie Matulu au centre-ville d’Edmundston, Alain LeBlanc, renchérit: Après un an je crois que ça va être assez important. Parce que j’ai des clients aussi de l’autre côté de la frontière. Les touristes qui s'arrêtent parfois en ville en passant ou la parenté qui va revenir d'ailleurs au Canada.

D'après un reportage de Bernard LeBel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !