•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La dette hypothécaire canadienne a bondi de 18 milliards de dollars en avril

Une passante devant plusieurs panneaux de ventes immobilières.

Les prix des maisons ont continué de grimper pour atteindre une moyenne d'un peu plus de 688 000 $ le mois dernier.

Photo : The Canadian Press / Nathan Denette

Radio-Canada

Les Canadiens ont contracté de nouvelles dettes hypothécaires d'une valeur de près de 18 milliards de dollars en avril. Il s’agit de la hausse mensuelle la plus rapide jamais enregistrée, avec une dette immobilière se chiffrant à près de 2000 milliards de dollars.

Statistique Canada a indiqué vendredi que, si les consommateurs semblent se serrer la ceinture pour d'autres dépenses, ils conservent un appétit assuré pour l'emprunt destiné à l'achat ou à la rénovation de maisons.

À la fin du mois d'avril, la dette hypothécaire des Canadiens s'élevait à près de 1,69 billion de dollars, après une augmentation de 12,9 milliards de dollars en mars, suivie d'une augmentation encore plus importante – 17,7 milliards de dollars – en avril.

Cela signifie que la dette hypothécaire totale au Canada a augmenté de 7,8 % au cours de la dernière année.

Effet cocooning

Leah Zlatkin, spécialiste du marché de l'habitation chez Lowestrates.ca et courtier principal chez Brite Mortgage à Toronto, estime que la croissance de la dette hypothécaire s’explique parfaitement par la situation du marché de l'habitation, en pleine effervescence.

Les prix des maisons ont continué de grimper pour atteindre une moyenne d'un peu plus de 688 000 $ le mois dernier – un montant qui a augmenté de 38 % au cours de la dernière année, selon les dernières données de l'Association canadienne de l'immeuble (ACI).

D'après Mme Zlatkin, les gens empruntent davantage parce que les prêts sont bon marché et que le confinement imposé par la pandémie les incite à investir dans un logement aussi agréable que possible.

Si les taux augmentaient, je pense toujours que le marché se maintiendrait, prédit Mme Zlatkin.

Il va y avoir un énorme afflux de personnes qui vont arriver au Canada dans les prochains temps et elles ont toutes besoin d'un endroit où vivre, et elles veulent toutes posséder une maison dans les villes.

Une citation de :Leah Zlatkin, courtière immobilière

Augmentation des autres dettes

Les prêts hypothécaires ne sont pas la seule forme de dette immobilière qui augmente. Les marges de crédit hypothécaires [le prêteur utilise le bien immobilier pour garantir le remboursement du prêt], qui permettent aux propriétaires d'emprunter sur la valeur nette de leur maison, ont également atteint un niveau record d'un peu plus de 262 milliards de dollars.

Si on additionne la valeur totale des hypothèques et des marges de crédit hypothécaires, on obtient une dette immobilière de plus de 1900 milliards de dollars. C'est presque autant que les 1970 milliards de dollars que vaut l'ensemble de l'économie canadienne, selon les chiffres les plus récents du PIB de mars.

La dette non hypothécaire a également augmenté, mais à un rythme beaucoup plus lent, atteignant 782,7 milliards de dollars. Statistique Canada note toutefois que les autres formes de dette ne sont toujours pas aussi élevées qu'à la fin de 2019.

Alors que la baisse des soldes de cartes de crédit a persisté, d'autres produits de prêt, tels que les prêts personnels et les lignes de crédit, ont augmenté au cours du mois, précise Statistique Canada.

Sous l'impulsion de cette dette immobilière, l'endettement total s'est accru pour atteindre 2400 milliards de dollars. Il s'agit d'une augmentation de 0,9 % en un mois, ce qui constitue la hausse mensuelle la plus rapide depuis 2011.

D'après les informations de Pete Evans, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !