•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Motel Montcalm : des Gatinois en situation d'itinérance disent ne pas avoir été consultés

Le motel subit des travaux.

Le Motel Montcalm, à Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Radio-Canada

Des Gatinois en situation d’itinérance estiment qu’ils n’ont pas été consultés sur le bien-fondé du projet de logements de transition au Motel Montcalm.

Certaines de ces personnes s’opposent à y être transférées. Elles estiment qu’il vaut mieux pour elles rester dans le secteur de Hull, où l’aréna Robert-Guertin sert temporairement de refuge.

Vendredi, des usagers se sont ainsi réunis devant une tente postée à l’extérieur de l’aréna Robert-Guertin.

Des personnes sont installées dans des tentes à l'extérieur de l'aréna Robert-Guertin, dans le secteur Hull.

Des personnes en situation d'itinérance ne veulent pas quitter l'île de Hull pour se rendre au Motel Montcalm.

Photo : Capture d'écran - Radio-Canada

L’un d’eux, Dean Lamoureux, a expliqué que quitter Hull signifierait pour lui perdre le lien de proximité qu’il a avec des organismes venant en aide aux personnes en situation d’itinérance.

On est aux alentours et on a accès à eux, mais en allant là-bas [...], des gens qui ont besoin de soins vont devoir venir ici. C’est un paquet de troubles, a-t-il dit en entrevue.

Il a indiqué qu’une pétition qui circule pour signifier l’opposition au projet de Gatinois en situation d’itinérance a recueilli 85 signatures.

Les services sont ici. Ils ne sont pas à Gatineau.

Une citation de :Dean Lamoureux, Gatinois en situation d’itinérance qui ne souhaite pas se rendre au Motel Montcalm

Alexandre Deschênes, qui est organisateur communautaire pour le Collectif régional de lutte à l’itinérance de l’Outaouais, croit aussi que les usagers n’ont pas été dûment consultés.

Une mauvaise habitude?

C'est un problème qu'on essaie de régler parce qu’il faut que ça cesse, cette façon de faire là où les premières personnes concernées sont en dehors de toutes les discussions, a-t-il soutenu.

M. Deschênes estime toutefois que l’idée de convertir le Motel Montcalm en lieu de transition pour des personnes qui souhaitent sortir de la rue a du bon. Le fait que ce soit décentralisé de l’île de Hull peut être une bonne chose si, et seulement si, il y a une bonification de services qui va avec, a-t-il ajouté.

L’organisateur communautaire a par ailleurs appelé ceux qui habitent près du motel et qui ont des craintes quant au projet de faire attention aux commentaires qu’ils formulent à l’endroit des personnes en situation d’itinérance. Le risque est que les principales personnes visées par le projet ne se sentent pas les bienvenues et qu’elles n’obtiennent pas l’accompagnement qui leur est proposé.

On n’est pas des bêtes. On ne va pas faire du mal aux gens, a renchéri Dean Lamoureux.

La conseillère municipale Renée Amyot a d’ailleurs relevé, durant un point de presse qui s’est tenu vendredi, qu’il y a beaucoup de méconnaissance et de préjugés dans la population, à l’égard des personnes en situation d’itinérance.

L’un des objectifs que l’on a avec les exercices en cours, c’est de faire connaître la réalité de ces gens-là et d’expliquer quel est le processus clinique qui va être mis en place [...] pour les aider à s’en sortir, a-t-elle affirmé.

La Ville de Gatineau est partenaire du projet annoncé lundi, mais c’est le Gîte Ami qui sera responsable du nouveau service qui sera offert, dès juillet, au Motel Montcalm. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais et le gouvernement du Québec sont aussi impliqués dans le dossier.

La directrice par intérim à la direction de la santé mentale et de la dépendance du CISSS de l'Outaouais, Jeneviève Caron, a indiqué que les usagers pourront exprimer leurs préoccupations quant au projet du Motel Montcalm.

Il y a des accompagnements constants qui sont faits auprès d’eux pour les rassurer à l’effet qu’ils vont avoir un lit, qu’ils vont avoir une place, a-t-elle dit en précisant que des rencontres avec des usagers avaient déjà eu lieu, cette semaine, et que d’autres sont à venir.

Avec les informations de Jérémie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !