•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un enfant albertain ingère des excréments de raton laveur et frôle la mort

Une raton laveur montrant les dents.

Ingérer des excréments de raton laveur peut être fatal pour les humains.

Photo : Getty Images / Iryna Kazlova

Radio-Canada

Un couple du sud de l’Alberta a dû entamer une course contre la montre pour trouver un médicament rare lorsqu’il s'est rendu compte que son enfant avait mangé des excréments de raton laveur contaminés. Pour le sauver, des médecins et des pharmaciens de tout l’Ouest canadien se sont mobilisés.

Ashley Haughton a eu la peur de sa vie lorsqu’elle a constaté que son fils d'un an avait ingéré des excréments de raton laveur, trouvés dans un pot de fleurs sur son terrain à Lethbridge.

Et pour cause, cet animal est porteur d’un ver parasite communément appelé l'ascaride du raton laveur, dont les œufs vivent dans les excréments de l'animal.

Lorsqu’ingérés, ces œufs se transforment en larves qui envahissent les organes humains, dont les yeux et le cerveau, ce qui engendre de graves infections.

Ces infections peuvent causer des lésions cérébrales, entraîner la cécité, un coma et même la mort.

[Les larves] traversent la paroi intestinale et affectent votre corps. En gros, elles vous mangent de l’intérieur, a expliqué le père de l’enfant, Jon Martin, à l’émission de radio de CBC Calgary Eyeopener, jeudi.

Si on ne traite pas assez rapidement, il n’est pas possible de renverser les effets parce que les tissus ont déjà été mangés, a-t-il ajouté.

Un médicament rare

Ashley et son mari Jon ont d’abord appelé leur médecin de famille et le centre antipoison, qui leur ont conseillé d’attendre l’apparition de symptômes.

Ne voulant pas attendre que le pire se produise, les deux parents ont fait tester les excréments de l’animal auprès de leur vétérinaire.

Résultat : l'échantillon contenait tellement d'œufs et de larves qu’il était impossible de les compter.

Ils ont donc amené leur fils en urgence à l’hôpital, où on leur a prescrit de l’Albendazole.

Le médicament doit être pris dans les trois premiers jours après l'exposition au parasite, mais il n’est pas disponible au Canada.

Pour en obtenir, il faut obtenir une autorisation spéciale de Santé Canada.

Nous avons commencé à appeler partout pour essayer de nous en procurer, mais nous nous sommes vite aperçus qu’il n’était pas disponible du tout, raconte Jon Martin.

Une situation inimaginable

Lorsque le pharmacien de Lethbridge, Bryce Barry, a reçu un appel du père du bambin, il a tout de suite compris la sévérité de la situation.

J’ai de jeunes enfants et je ne peux pas m’imaginer être dans cette situation, dit-il.

Puisque le médicament n’est pas disponible au Canada, le pharmacien s’est dit qu’il pourrait le fabriquer en obtenant les ingrédients nécessaires.

Il a d’abord appelé Dawson Bremner, un ami pharmacien vivant à Vancouver dont la pharmacie fait affaire avec plusieurs fournisseurs étrangers et qui fabrique régulièrement des médicaments en mélangeant des ingrédients obtenus séparément.

Malheureusement, ce dernier n’était pas en mesure d’aider le pharmacien de Lethbridge. Dawson Bremner a cependant contacté un représentant pharmaceutique, lequel a envoyé des courriels à tous ses clients à travers l’Ouest canadien.

Aleem Datoo dans sa pharmacie.

Le copropriétaire de la pharmacie Script, Aleem Datoo.

Photo : Pharmacie Script

La pharmacie Script, à Calgary, a répondu à l’appel.

Bien que le médicament antiparasitaire n’y avait pas été concocté depuis plus d’une dizaine d'années, la pharmacie détenait les ingrédients nécessaires pour le fabriquer.

Mon technicien a tout de suite pris ce courriel au sérieux, affirme le copropriétaire de la pharmacie Script Aleem Datoo.

[Mais] je ne pense pas que nous nous étions rendu compte de la sévérité de la situation avant que notre ordre provincial nous appelle pour vérifier que [les excréments] contenaient bien ce parasite, raconte-t-il.

Un travail d’équipe

Ashley et Jon se préparaient à partir au Montana pour se procurer le médicament lorsqu’ils ont appris qu’une pharmacie de Calgary pouvait le fabriquer.

C’était le plus bel appel qu’on puisse recevoir dans une situation pareille, reconnaît Jon Martin.

Je me suis effondré au téléphone.

Une citation de :Jon Martin, le père de l'enfant

L'enfant a finalement reçu sa première dose d’Albendazole 56 heures après avoir ingéré les excréments.

Du vétérinaire aux pharmaciens en passant par les médecins, Bryce Barry salue le travail d’équipe de ses collègues pour sauver le garçonnet.

Tout le monde a travaillé ensemble. Certains d’entre nous n’avons joué qu’un petit rôle, mais nous sommes fiers d’être intervenus à temps, dit Bryce Barry.

Près de quatre semaines après l’incident, le fils d’Ashley Haughton et Jon Martin se porte bien.

Il continue de faire toutes les merveilleuses choses qu’un bambin est censé faire. On ne peut rien demander de plus, dit Jon Martin.

Avec les informations d'Hannah Kost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !