•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le commissaire à l’intégrité d’Ottawa blâme la conseillère Jan Harder

La conseillère du quartier Barrhaven, Jan Harder.

La conseillère du quartier Barrhaven, Jan Harder, représente près de 62 000 personnes (Archives).

Photo : Radio-Canada / Laura Osman/CBC

Radio-Canada

Le commissaire à l’intégrité de la Ville d’Ottawa, Robert Marleau, recommande de retirer la conseillère Jan Harder, du comité de l’urbanisme en raison de ses liens avec les développeurs.

Selon un rapport du commissaire à l’intégrité, dévoilé vendredi, la conseillère du quartier Barrhaven, Jan Harder, a violé le code de conduite des membres du conseil municipal en embauchant la fille du développeur, Jack Stirling.

Mme Harder devrait, selon le commissaire, être démise de ses fonctions de présidente du comité de l’urbanisme, a-t-il indiqué dans son rapport.

Robert Marleau assis dans une salle.

Le commissaire à l'intégrité de la Ville d'Ottawa, Robert Marleau (à gauche) (Archives)

Photo : Joanne Chianello/CBC News

Dans son document de 101 pages, le commissaire Marleau recommande même que Mme Harder ne siège plus du tout sur ce comité qu’elle a présidé pendant sept ans ni sur le conseil d’administration de la Société d’aménagement des terrains communautaires d’Ottawa (SATCO). Il conseille également que son salaire soit retenu pour 15 jours.

La sanction la plus importante que le commissaire à l'intégrité peut recommander contre un conseiller qui a contrevenu au code de conduite des membres du conseil municipal est une suspension de salaire de trois mois.

Le comité de l'urbanisme, un comité stratégique

Jan Harder représente le quartier de Barrhaven depuis près de 24 ans. Elle a été élue pour la première fois en 1997 au conseil de l’ancienne ville de Nepean. Elle est devenue la présidente du comité de l’urbanisme en décembre 2014.

Le Comité de l’urbanisme a le mandat de superviser tous les aspects liés à l’aménagement et à la planification dans les limites de la zone urbaine, conformément au Plan officiel de la Ville, ce qui comprend les désignations de zonage, la planification communautaire, la définition de critères d’aménagement et le logement social.

Ses décisions de changer le zonage de propriétés ou d'autoriser des modifications au plan officiel ont généralement des avantages financiers importants pour les propriétaires.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a refusé de commenter le rapport du commissaire à l’intégrité avant que celui-ci ne soit étudié devant le conseil municipal, mercredi prochain. Le conseil municipal devra alors voter pour savoir s’il approuve ou non les recommandations du commissaire Marleau.

Troisième élue blâmée par le commissaire

Mme Harder est la troisième conseillère municipale de ce mandat à être jugée coupable par le commissaire à l'intégrité d'avoir enfreint le code de conduite des membres du conseil.

L'an dernier, le commissaire Marleau avait publié deux rapports sur le comportement du conseiller Rick Chiarelli envers des candidates à l'emploi et d'anciennes employées, que le commissaire à l'intégrité avait qualifié d'incidents de harcèlement incompréhensibles.

En septembre 2019, il avait également estimé que le conseiller George Darouze avait brutalisé et intimidé une électrice qui le critiquait sur Facebook, lorsque le conseiller du quartier Osgoode avait écrit au patron de son mari, le chef de police de l'époque Charles Bordeleau, pour se plaindre de cette femme.

Avec les informations de Kate Porter et de Joanne Chianello

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !