•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un comité fera le suivi des 51 recommandations du rapport Wall sur Hydro-Manitoba

chantier de construction de la centrale hydroélectrique Keeyask.

Le comité se concentrera sur les recommandations qui ont trait à l'approvisionnement et aux appels d'offres de contrats. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un comité devra évaluer les 51 recommandations du rapport rédigé par l'ancien premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, et qui proposait d’apporter des changements à Hydro-Manitoba. Ce rapport avait été fait dans la foulée d’une enquête sur le mégaprojet de centrale hydroélectrique Keeyask et Bipole III.

L'annonce de la création de cette nouvelle instance a été faite vendredi en conférence de presse par le ministre de l'Infrastructure, Jeff Wharton.

Le rapport Wall a jugé sévèrement l'ancien gouvernement néo-démocrate dans sa gestion des deux projets valant plusieurs milliards de dollars.

C'est que ces projets ont connu des dépassements de coûts importants.

La centrale Keeyask, dont le coût était estimé à 6,5 milliards de dollars en 2017, a finalement coûté 8,7 milliards de dollars.

Nous connaissons les erreurs du passé et elles ne doivent plus se reproduire, affirme Jeff Wharton. Il n'y aura plus de surprises au sujet d'un [dépassement de coûts] d'un milliard de dollars [pour un éventuel projet].

Le comité sera composé du directeur des politiques économiques à la First Nations Major Projects Coalition, Mark Podlasly, de l'ingénieur et président de la firme de consultation Stratice, Tim Stanley, et de l'ingénieur et ancien président de l'équipe de réalisation de projets à Infrastructure Ontario, Chris Gaue.

Le comité se concentrera sur les recommandations qui ont trait à l'approvisionnement et aux appels d'offres de contrats. Il examinera les dispositions de remboursement dans les contrats et l'impact des ententes relatives aux conventions collectives.

Dans un communiqué, le gouvernement manitobain mentionne que le groupe devra faire une analyse supplémentaire concernant une allégation du rapport Wall selon laquelle le gouvernement néo-démocrate n'aurait pas informé la Régie des services publics d'une estimation de dépassement des coûts.

De plus, le rapport Wall indiquait que le gouvernement a donné son aval à une dépense de 1,2 milliard de dollars pour les projets Keeyask et Bipole III avant même d'en avoir obtenu l'approbation.

Les partis de l'opposition, tant les néo-démocrates que les libéraux, ont jugé en mai que le rapport Wall n'était pas indépendant et que les conservateurs avaient trouvé un allié dans l'ancien premier ministre saskatchewanais.

Le chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba, Wab Kinew, a affirmé que le gouvernement Pallister n'avait que la privatisation d'Hydro-Manitoba en tête.

Une allégation à laquelle le ministre Wharton a tenu à répondre afin de rassurer la population manitobaine sur l’avenir d'Hydro-Manitoba.

Il n'y a aucune discussion pour vendre des parts d'Hydro-Manitoba. Je veux vraiment être clair : Hydro-Manitoba n'est pas à vendre, a-t-il répété en conférence de presse.

Avec les informations de Bryce Hoye

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !