•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

World's Strongest Man : Maxime Boudreault en finale

Maxime Boudreault en entrevue au World's Strongest Man.

Les larmes aux yeux, Maxime Boudreault a donné une entrevue exclusive au Backstage Live! du World's Strongest Man sur Facebook.

Photo : Capture d'écran: Facebook: World's Strongest Man

Une page d’histoire vient de s’écrire alors que Maxime Boudreault, un Franco-Ontarien, s’est qualifié pour la grande finale du World’s Strongest Man à Sacramento en Californie.

Ça fait 10 ans que je travaille pour ça, a déclaré avec émotion le natif de Kapuskasing dans une entrevue accordée à Martin Licis, champion du monde en 2019, après avoir soulevé 7 pierres pesant plus de 460 livres.

Cette dernière épreuve des 3 jours de qualification a donné à Maxime une place en finale.

Il n’y a personne qui pourrait comprendre le nombre de sacrifices que Maxime a fait pour se rendre là, confie son meilleur ami Yanick Baillargeon, qui l’a initié au sport au collège à Sudbury, énumérant entre autres une déchirure pectorale et le combat de sa mère contre le cancer. Il a voué sa vie à son sport.

Un homme fort renverse un bio de bois.

L'épreuve des doigts de Fingal consiste à en faire renverser cinq. La charge augmente à chaque doigt, variant entre 320 et 380 livres.

Photo : Rogue Fitness

Une clause contractuelle empêche Maxime Boudreault de donner une entrevue à Radio-Canada avant que l’homme le plus fort du monde soit couronné.

Le spécialiste des hommes forts Paul Ohl a suivi avec beaucoup d’intérêt les exploits de l’Ontarien qu’il qualifie d’historique.

Il devient le premier ontarien à se rendre en finale. À moins d’une blessure, on oublie le 10e rang, en croit l’auteur d’un livre à paraître sur l’histoire mondiale de la force. Je prédis un top 5.

En qualification, Maxime a su gérer la chaleur, alors que le mercure a atteint 45 degrés.

C’est une chose de faire son entraînement dans un gym à l’air climatisé, mais quand tu arrives dehors à une chaleur terrible, ça en est une autre, note Yanick Baillargeon, qui a des converses quotidiennes avec Maxime.

Un homme fort dans un bain de glace.

Après les compétitions, le choc thermique aide à la récupération physique.

Photo : Instagram: @sambeliveauu

Descripteur des compétitions d’hommes forts au Réseau des sports, Paul Ohl a quelques conseils pour le gaillard qui en sera à une première finale, avec six épreuves, soit trois samedi et trois autres dimanche.

C’est la pression plus que les charges qu’il devra gérer, avance Paul Ohl. C’est la chance de sa vie actuellement. Il a un top 5 en main s’il ne panique pas.

L’objectif de Maxime était clair avant d’aller à Sacramento, ne pas voir la finale lui glisser entre les mains à la toute dernière épreuve comme il l’avait fait l’an dernier au World’s Strongest Man.

Un homme fort avec le drapeau canadien.

La Grande-Bretagne, la Géorgie, l'Islande, les États-Unis et le Canada seront les cinq pays représentés en finale du World's Strongest Man.

Photo : World's Strongest Man

Si Maxime s’est rendu en finale cette année c’est qu’il a parfaitement compris comment gérer le stress, ajoute le biographe de Louis Cyr.

En finale, quatre des six épreuves sont à l’avantage du Franco-Ontarien. Depuis la création de l’évènement en 1977, seuls trois canadiens sont grimpés sur le podium, aucun n’est reparti avec le titre de l’homme le plus fort.

En 2021, deux Canadiens convoitent le titre. Jean-François Caron est l'autre qui accède à la finale, pour une neuvième fois. L'an dernier, le Québécois a terminé sur la dernière marche du podium.

Les proches de Maxime pleurent de joie

Dans le Nord de l’Ontario, les réactions étaient vives après avoir appris qu'un des leurs accède à la grande finale.

De Dubreuilville à Kapuskasing, en passant par Elliot Lake, la fierté se ressent chez ses admirateurs de première heure à commencer par son père.

Une grosse fierté, il est au point qu’il veut être, il n’a jamais arrêté et ne s’est jamais découragé, s’arrête alors Raymond Boudreault, qui a une soudaine pensée pour la mère de Maxime. Elle est décédée 6 ans passés, elle aurait été très fière de lui.

Seuls les fans aux premières lignes et les amis proches de Maxime peuvent être au courant de ce qui s’est passé à Sacramento comme la compétition sera seulement diffusée en juillet.

Maxime Boudreault sur une auto.

Yannick Baillargeon qui habite aujourd'hui Elliot Lake est celui qui a donné la flamme à Maxime Boudreault pour le sport des hommes forts.

Photo : Facebook: Yannick Baillargeon

J’ai googlé ça sur internet, avouait candidement Alain Rioux, arbitre sur le circuit des hommes forts à Dubreuilville, qui tente de faire suivre les traces de Maxime Boudreault à son neveu Mikael. On se partageait des résultats à mesure que ça sortait.

À Kapuskasing, Sylvain Labelle reçoit des mises à jour de temps à autre par la conjointe de l’homme fort qui est aussi en Californie.

Cette semaine, j’ai comme un petit peu mal dormi. En me couchant, j’y pensais à comment Maxime faisait, relate-t-il.

En 2015, Sylvain est photographié avec son vieil ami du secondaire à Dubreuilville .

Avant la pandémie, Sylvain Labelle et son père suivait les différentes compétitions du kapuskois.

Photo : Avec la permission de Sylvain Labelle

D’autres ont eu plus de chance en recevant directement l’appel de la nouvelle vedette ontarienne alors qu’il était confirmé dans les 10 premiers.

Il avait les larmes aux yeux. C’est très émotionnel quand tu travailles fort de même pis finalement, un rêve que tu as eu toute ta vie, tu l’atteins. C’est un point tournant dans une vie. Ce n’est pas seulement Maxime qui avait les larmes aux yeux, conclut son meilleur ami à Elliot Lake, Yanick Baillargeon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !