•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les investissements pourraient bondir sur la Côte-Nord

Des travailleurs de la construction sur un chantier à Sept-Îles.

Les secteurs publics et privés de la région prévoient dépenser 2,1 milliards en construction (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

L’Institut de la statistique du Québec (ISQ) prévoit que les dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles, des investissements publics et privés, augmenteront de 30 % cette année sur la Côte-Nord.

Les investissements comprennent toutes les dépenses qui sont faites pour la construction de bâtiments industriels ou commerciaux, ou d'immeubles du gouvernement. On y retrouve aussi les travaux de génies comme les travaux pour les routes, les barrages et les aqueducs. On y retrouve également les dépenses pour du matériel et de l’outillage, qui vont servir à produire des biens et des services, explique l’économiste Guillaume Marchand, auteur du bulletin de l'ISQ.

La construction de maisons et d'immeubles à logements, ainsi que leurs rénovations, sont toutefois exclues du calcul.

L’étude de l’ISQ prévoit que près de 2,5 milliards de dollars seront investis par les entreprises, les gouvernements et les municipalités nord-côtières, cette année.

Minière sur la Côte-Nord

Les minières de la région connaissent de beaux jours en raison du prix élevé du minerai de fer.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Côté

La deuxième région avec la plus importante augmentation prévue des investissements est Lanaudière, avec un essor estimé de 18 %. Dans l’ensemble du Québec, l’ISQ prévoit une croissance de 11 % des dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles.

Selon M. Marchand, il n’est pas surprenant que la Côte-Nord se situe au sommet du palmarès, compte tenu de la nature de son économie.

De manière générale, la Côte-Nord est très active sur les ressources. Ces industries-là vont capter une grande part des dépenses en immobilisation. Dans la structure industrielle de la région, [...] ce sont ces secteurs-là qui vont donner le pouls, la tendance de la région, indique l’économiste.

Une région comme la Côte-Nord est plus propice, selon Guillaume Marchand, à d’importantes variations des investissements, que ce soient des augmentations ou des diminutions.

Il ne faut pas voir là-dedans quelque chose d’incohérent. Ce sont des mouvements qui sont tout à fait normaux, indique-t-il.

Le réservoir de Romaine-3 au complexe hydroélectrique de la Romaine, près de Havre-Saint-Pierre.

Les investissements d'Hydro-Québec jouent un rôle important dans la région.

Photo : Radio-Canada / Diana Gonzalez

Il ne faut pas oublier qu’Hydro-Québec est très importante dans la région dans la construction de barrage. Il y a aussi le ministère des Transports, assez important dans le développement des routes, explique l’économiste.

Des 2,5 milliards qui doivent être investis sur la Côte-Nord, 1,1 milliard devrait l’être par le secteur privé, et 1,4 milliard par le secteur public. La vaste majorité des investissements (2,1 milliards) devrait servir à la construction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !