•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mini-maisons : une des solutions pour voir l’avenir de l’immobilier en grand

Une mini-maison dans la forêt.

Les minimaisons sont souvent présentées comme une façon de vivre en harmonie avec la nature.

Photo : Benjamin Chun

En 2020, le prix médian d'une maison individuelle à Vancouver était évalué à environ 1,7 million de dollars. Plusieurs cherchent à mettre en place des alternatives pour l’accès à la propriété, comme les mini-maisons.

Depuis 7 ans, la demande pour les mini-maisons a augmenté, explique Ian Kent, fondateur de l’entreprise Nomad Micro Homes.

Les mini-maisons sont des logements minimalistes, dont le prix de départ est d’environ 47 000 $ et la superficie initiale d’environ 16 mètres carrés.

Les règles actuelles de la Ville de Vancouver sont trop restrictives pour ce genre de projet immobilier. La plupart des mini-maisons que j’ai vendues en Colombie-Britannique sont en milieu rural, souligne Ian Kent.

Nous avons besoin de recréer des villes inclusives, diversifiées, non des amas de quartiers sans vie où défilent des maisons-châteaux.

Une citation de :Ian Kent, fondateur, Nomad Micro Homes

Le fondateur et designer estime que si la tendance se maintient, Vancouver suivra bientôt l’exemple de la Californie, où plusieurs endroits sont devenus invivables en raison de l’itinérance et de la crise du logement.

La Ville de Vancouver n’a pas de règlement concernant les mini-maisons, soit celles de moins de 50 mètres carrés.

Elle a toutefois annoncé que des changements aux règlements municipaux sont prévus bientôt. Le conseil municipal étudie une motion présentée en octobre dernier par le conseiller, Pete Fry.

Ce dernier a déclaré en avril que les mini-maisons feront partie des options pour répondre à la crise du logement, mais rappelle aussi le prix des terrains : Il faut garder en tête que les terrains sont très chers et que les espaces disponibles à Vancouver sont rares.

Les mini-maisons ne sont pas la panacée, nous risquons aussi de devoir envisager des logements en hauteur, affirme le conseiller Fry.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !