•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il est impossible de ralentir l'inévitable vieillissement

Le visage d'un même homme, jeune et vieux.

Certains chercheurs affirment que la durée de la vie humaine est sans limites, tandis que d'autres disent le contraire.

Photo : iStock

Radio-Canada

Freiner le rythme du vieillissement est impossible en raison de « contraintes biologiques », confirme une étude menée par des chercheurs de 14 pays.

Dans leurs travaux, ces scientifiques ont voulu vérifier l'hypothèse du taux de vieillissement invariable, selon laquelle une espèce a un taux de vieillissement relativement fixe à partir de l'âge adulte.

Le chercheur José Manuel Aburto de l’Université d'Oxford et ses collègues ont analysé des statistiques liées aux naissances et aux décès selon l'âge chez les humains et les primates non humains couvrant plusieurs siècles et continents.

Nos résultats soutiennent la théorie selon laquelle [...] davantage de personnes vivent beaucoup plus longtemps en raison d'une réduction de la mortalité à des âges plus jeunes et non parce que la mort est retardée, note José Manuel Aburto dans un communiqué publié par l’université britannique.

Nous avons constaté que ce schéma général de mortalité était le même dans tous les cas. Cela laisse à penser que ce sont des facteurs biologiques, et non environnementaux, qui contrôlent en définitive la longévité, poursuit-il.

Selon le scientifique, les statistiques confirment que les individus vivent plus longtemps à mesure que la santé et les conditions de vie s'améliorent, ce qui entraîne une augmentation de la longévité de toute une population. Néanmoins, une forte augmentation des taux de mortalité, au fur et à mesure que l'on avance dans la vieillesse, est clairement visible dans toutes les espèces.

Un débat à la vie dure

Le débat sur la durée de la vie humaine divise la communauté scientifique depuis des décennies. Certains chercheurs affirment que la durée de la vie humaine est sans limites, tandis que d'autres disent le contraire.

Mais il manquait une recherche comparant la durée de vie de plusieurs populations animales à celle de l'humain, afin de déterminer les facteurs de mortalité. Notre étude comble cette lacune. Cette collection de données extraordinairement diversifiée nous a permis de comparer les différences de mortalité au sein d'une même espèce et entre les espèces, estime le chercheur.

Les travaux

Dans cette étude, les chercheurs ont analysé les informations provenant de 30 espèces de primates, 17 à l'état sauvage et 13 dans des zoos, dont des gorilles, des babouins et des chimpanzés. Les registres des naissances et des décès de neuf populations humaines différentes, vivant en Europe du XVIIe au XXe siècle, dans les Caraïbes et en Ukraine, ainsi que de deux groupes de chasseurs-cueilleurs entre 1900 et 2000, ont également été analysés.

Toutes ces données ont révélé le même schéma général de mortalité : il existe un risque élevé de décès dans la petite enfance, qui diminue rapidement jusqu’à l'adolescence et reste faible jusqu'au début de l'âge adulte. Il augmente ensuite continuellement avec l'âge.

Nos résultats confirment que, dans les populations historiques, l'espérance de vie était faible, car beaucoup de gens mouraient jeunes. Mais au fur et à mesure des améliorations médicales, sociales et environnementales, l'espérance de vie a augmenté. Aujourd'hui, de plus en plus de personnes vivent beaucoup plus longtemps. Cependant, la trajectoire vers la mort à un âge avancé n'a pas changé. Cette étude montre que, sur le plan de l'évolution, la biologie l'emporte sur tout et que, jusqu'à présent, les progrès de la médecine n'ont pas été en mesure de vaincre ces contraintes biologiques, explique José Manuel Aburto.

Les chercheurs espèrent que leur étude, dont les résultats sont publiés dans la revue Nature Communications (Nouvelle fenêtre) (en anglais), permettra de mieux comprendre l'écologie et l'évolution d'un large éventail d'espèces animales dans le monde, ainsi que leur conservation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !