•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La population du Nouveau-Brunswick atteint un nouveau sommet pendant la pandémie

Le marché immobilier y est pour quelque chose.

Melinda Hervieux entourée de sa famille.

Melinda Hervieux, au centre portant un jeune enfant, déménagera le mois prochain au Nouveau-Brunswick avec son mari et leurs quatre plus jeunes enfants.

Photo : Courtoisie de Melinda Hervieux

Radio-Canada

Cet hiver, 3533 Canadiens ont quitté une autre province pour s’établir au Nouveau-Brunswick, selon Statistique Canada. Il s’agit du nombre le plus élevé en 46 ans, pendant l’hiver. Le faible prix des maisons en est un facteur important.

C’est le cas de Melinda Hervieux et son mari. La pandémie les a forcés à travailler de la maison.

Le couple ontarien, qui économisait pour s’acheter une maison à Welland, près de Niagara Falls en Ontario, s’est rendu compte qu’il n’avait pas besoin d’habiter dans la plus grande province canadienne.

Des affiches qui annoncent des maisons à vendre dans la région de Moncton.

Plusieurs maisons au Nouveau-Brunswick ont trouvé preneur ces derniers mois.

Photo : Autre banques d'images / Guy R. Leblanc

En faisant des recherches en ligne concernant une nouvelle maison qui pourrait accueillir leurs quatre plus jeunes enfants, Mme Hervieux et son mari sont tombés sur Bathurst. Le couple s'est alors demandé pourquoi il devrait payer une fortune pour une maison dans le sud de l’Ontario.

Tous les mois, nous ne travaillerons que pour payer la maison. Pourquoi ne pas simplement déménager au Nouveau-Brunswick où les maisons sont moins chères, explique Mme Hervieux.

Elle assure que Bathurst les a convaincus, parce que la forêt et l’océan sont à proximité. La famille doit déménager le mois prochain.

Un record de population

Ce type de réflexion, des centaines de familles canadiennes la font et c’est qui explique la plus importante migration vers la province maritime en deux générations.

Les 3533 Canadiens qui ont choisi de s’installer au Nouveau-Brunswick en janvier, février et mars ont aidé le Nouveau-Brunswick à atteindre un nouveau record de population. Selon Statistique Canada, la petite province compte 783 721 habitants. Il faut noter que 2328 personnes ont quitté le Nouveau-Brunswick pendant les trois premiers mois de l’année.

Bon nombre des nouveaux résidents du Nouveau-Brunswick viennent de l'Ontario. Le Nouveau-Brunswick a attiré plus d’Ontariens que l’Ontario n'a attiré de Néo-Brunswickois entre avril 2020 et mars 2021. La différence s’élève à 1176 personnes en faveur du Nouveau-Brunswick.

Selon Stacey Hallman, analyste spécialisée en démographie chez Statistique Canada, il s'agit du plus grand nombre de personnes quittant l’Ontario pour le Nouveau-Brunswick en 45 ans. Elle ajoute que moins de personnes ont aussi quitté le Nouveau-Brunswick pour l’Ontario.

De l’Ontario à Grand-Barachois

Hayley Burrell et son fiancé ont quitté l'Ontario et ont acheté une maison à Grand-Barachois juste avant l’arrivée de la COVID-19.

Cependant, le premier confinement les a forcés à reporter leur déménagement.

Un an plus tard, Mme Burrell assure que ce déménagement, c’est la meilleure chose que nous aurions pu faire pour nous.

Hayley Burrell et son fiancé devant la mer et une plage.

Hayley Burrell et son fiancé à la plage Aboiteau

Photo : Courtoisie de Hayley Burrell

Elle est aujourd’hui agente d’immeuble et elle est à la tête d’un groupe Facebook pour les personnes qui comme elle veulent déménager au Nouveau-Brunswick.

Selon Mme Burrell, la récente augmentation du prix des maisons dans la province ne décourage pas les Canadiens des autres provinces de venir s’installer au Nouveau-Brunswick, puisque le prix demeure plus bas qu’ailleurs.

C’est un autre monde, soutient-elle en soulignant que le couple a payé la maison de Grand-Barachois, qui comprend un terrain de sept acres, 100 000 $ de moins que les acheteurs de la maison qu’il avait en Ontario et qui n’a qu’une petite cour arrière.

Une augmentation due seulement en partie aux nouveaux résidents

Selon l’Association canadienne de l’immeuble, même si le prix d’une maison au Nouveau-Brunswick a augmenté ces derniers mois, une maison ontarienne vaut encore le triple. En mars, une maison dans la province maritime se vendait en moyenne 258 558 $.

Mais la Société canadienne d’hypothèques et de logement assure que cette augmentation du prix n'est pas uniquement attribuable à l’intérêt des Canadiens des autres provinces. Les faibles taux d’intérêt, le faible nombre de maisons à vendre et l’économie en croissance peuvent aider à expliquer cette augmentation.

Plusieurs constructeurs se précipitent pour bâtir de nouveaux logements, ce qui pourrait atténuer l’augmentation du prix, selon la SCHL.

Selon ses données, 2967 logements étaient en construction pendant le premier trimestre de 2021. C’est 804 de plus que pendant la même période en 2020 et le double comparativement à 2019.

D'après le reportage de Robert Jones, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !