•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interpol impliqué pour prouver la mort de Michel Brûlé

L’éditeur Michel Brûlé au palais de justice de Québec.

Michel Brulé au palais de justice de Québec (archives)

Photo : Radio-Canada

Malgré l’annonce de sa mort, le 6 juin dernier, la saga judiciaire de l’éditeur Michel Brûlé, reconnu coupable d’agression sexuelle, se poursuit. Avant de fermer le dossier, le DPCP exige des preuves officielles de sa mort survenue lors d’un accident de vélo, au Brésil.

Selon le juge Sébastien Proulx, la mort de Michel Brûlé demande encore une confirmation officielle. Les documents présentés par Me Charles Brochu, l’avocat de la défense dans ce dossier, ne convainquent pas la cour.

Quand on dit qu'un dossier est fermé, il faut avoir la preuve comme quoi la personne est décédée, explique l'avocat de Michel Brûlé. Les documents que j'ai envoyés, manifestement, ne satisfont pas le DPCP.

Les documents présentés par Me Brochu à la procureure Valérie Lahaie proviennent tous du frère de Michel Brûlé. Il s’agit des copies d’un certificat de décès, d’un certificat d’inhumation et d’un rapport de police, tous rédigés en portugais, explique Me Brochu.

Me Lahaie en entrevue.

Me Valérie Lahaie, avocate du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP)

Photo : Radio-Canada

Me Lahaie a besoin d'un document qui émane soit de l'ambassade, soit du gouvernement brésilien à l'effet que Michel Brûlé est bel et bien décédé.

Une citation de :Me Charles Brochu, avocat de Michel Brûlé

Un décès inattendu au Brésil

Le fondateur des Éditions Les Intouchables aurait perdu la vie dans la région montagneuse de Guarapari, au cours d’une escapade en bicyclette.

Dévalant une pente escarpée, il aurait perdu le contrôle de son vélo avant de s’écraser contre un arbre. Sa mise en terre ayant eu lieu en sol brésilien selon les volontés de ses proches, le Canada n’a pu rapatrier sa dépouille.

Le cycliste aurait percuté un arbre.

Le cycliste aurait percuté un arbre, après avoir perdu le contrôle de son vélo.

Photo : Courtoisie/FTEMPOREAL.COM

La Couronne a demandé la collaboration d’Interpol pour prouver la mort de Michel Brûlé. En attendant d’obtenir les preuves officielles de son décès, le coupable est considéré comme absent à son procès.

Après que la cour l’eut reconnu coupable d’agression sexuelle, en octobre dernier, Michel Brûlé avait pris l’avion pour rejoindre son frère, propriétaire d’une auberge au Brésil.

Initialement, l’éditeur voulait y passer la période des Fêtes, selon son avocat. L’émergence du variant brésilien et la fermeture des frontières qui lui a succédé l’auraient empêché de rentrer au pays.

Il serait revenu bien avant ça, si ce n’avait pas été de la pandémie. Je peux même dire à ceux qui doutent de sa mort qu’il m’a même envoyé sur mon cellulaire, par texto, les billets qu’il avait achetés au mois de mai pour revenir.

Une citation de :Me Charles Brochu, avocat de Michel Brûlé

Michel Brûlé ne s’était pas présenté lors d’une précédente audience, le 26 mai, en prétextant que la mauvaise qualité d’Internet l’empêchait de se brancher à la cour virtuelle.

Le retour du dossier de Michel Brûlé en cour est prévu pour le 3 août.

Avec les informations de Pascal Poinlane

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !