•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agriculture innovante : vision d’avenir pour le Témiscamingue

Une balle de foin dans un champ sous un ciel bleu sans nuage. On voit une église à l'horizon.

Le Témiscamingue mise sur une agriculture innovante. (archives)

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Tanya Neveu

Le nouveau plan de développement agricole (PDZA) du Témiscamingue mise sur la croissance des agricultures innovantes.

La MRC de Témiscamingue a déposé son plan quinquennal vendredi. Il repose sur sept grands axes de développement, dont la concertation, l’attractivité, l’investissement et les connaissances.

Les 7 grands axes du PDZA de la MRC de Témiscamingue :

  1. Assurer la mise en œuvre concertée du plan de développement par le milieu;
  2. Mobiliser les acteurs du milieu agricole et agroalimentaire autour de la signature Témiscamingue;
  3. Déployer une stratégie d’attractivité agricole et agroalimentaire;
  4. Soutenir le pôle d'excellence en agriculture innovante sur le territoire témiscamien;
  5. Stimuler la réalisation des projets d’investissement par les entrepreneurs agricoles et agroalimentaires;
  6. Dynamiser l’accès aux marchés;
  7. Contribuer à l’accès au développement et transfert des connaissances.

Ce plan s’appuie sur plusieurs consultations menées sur le territoire au cours des derniers mois.

Le milieu municipal a été consulté, les producteurs ont été consultés. Dernièrement, il y a aussi eu une consultation citoyenne. On est allé avec cette logique que le Plan de développement de la zone agricole doit être approprié par tout le monde , affirme l’agente de développement en agriculture et agroalimentaire, Hannatou Tankary.

La préfète du Témiscamingue, Claire Bolduc, affirme que les actions du PDZA sont intimement liées avec les planifications et préoccupations de la MRC.

Le lien avec le schéma d’aménagement, le lien avec notre pôle d’excellence sur les agricultures innovantes, le lien avec les préoccupations qu’on a, par exemple sur les services de proximité et sur la vitalité du territoire , explique Claire Bolduc.

Le nombre d’exploitations agricoles a diminué de 28 entre 2009 et 2019 au Témiscamingue, passant de 249 à 221. Pour la même période, le nombre d’exploitations végétales a connu une hausse. En 2019, le secteur agricole générait 431 emplois équivalent temps plein.

La préfète croit que le territoire a un potentiel immense pour des projets innovants en raison de la présence de sols de haute qualité et de l’abondance de l’eau.

Ce qu’on veut, c’est que le territoire agricole reste vivant. Ce qu’on veut, c’est que les terres agricoles continuent de nourrir la population, la nôtre en premier et la population du Québec également. Ce qu’on souhaite, c’est que des modèles d’entreprises se déploient et que des gens qui souhaitent développer une activité agricole aient l’opportunité de le faire dans la mesure et à la hauteur de ce qu’ils veulent faire , ajoute la préfète.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !