•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agression d’un agent du SPVM : le suspect sera accusé du meurtre de son codétenu

Vue extérieure de la prison.

Ali Ngarukiye était détenu au centre de détention de Rivière-des-Prairies, à Montréal, en attendant la suite de son procès pour tentative de meurtre sur un policier du SPVM cet hiver.

Photo : Radio-Canada / Google

Radio-Canada

Ali Ngarukiye, qui était en attente de son procès pour tentative de meurtre sur l'agent du SPVM Sanjay Vig, a de nouveau été arrêté. Il aurait battu à mort son compagnon de cellule dans la nuit de mercredi à jeudi, au centre de détention de Rivière-des-Prairies.

Selon nos sources, Ali Ngarukiye, 21 ans, a été arrêté jeudi matin à la suite de la découverte par les agents correctionnels du corps sans vie de son compagnon de cellule.

Pour une raison inconnue, les deux hommes auraient eu une altercation et Ngarukiye aurait utilisé une arme blanche ou un objet contondant pour mettre fin aux jours de son codétenu, André Lapierre.

Il était en attente de son transfert dans un pénitencier fédéral, selon nos sources.

La Sûreté du Québec a été chargée de l'enquête.

Le prévenu n'avait pas encore comparu devant le juge au moment d'écrire ces lignes. Selon l'acte de dénonciation, il devra répondre à une accusation de meurtre au deuxième degré ainsi qu'à une accusation d'outrage à un cadavre.

Ali Ngarukiye avait été arrêté à Toronto en mars dernier dans le cadre de l'enquête sur l'agression du policier Sanjay Vig survenue en janvier dernier dans le secteur Parc-Extension, à Montréal.

Selon la police, Ngarukiye aurait assailli l'agent affecté à la sécurité routière avec une barre de fer avant de le désarmer et de prendre la fuite.

L'affaire avait fait grand bruit en raison de l'arrestation par erreur d'un témoin, Mamadi Camara, qui a passé cinq jours en détention avant d'être libéré de toute accusation par le Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Avec les informations de Pascal Robidas

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.