•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison de soins palliatifs du Saguenay doit fermer des lits, faute de personnel

Une chambre de la Maison des soins palliatifs du Saguenay.

L'établissement ne fonctionne qu'à 75 % de sa capacité actuellement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le manque de personnel à la Maison de soins palliatifs du Saguenay est si important que l’établissement est amputé du quart de ses lits dédiés aux patients en fin de vie.

La situation inquiète au plus haut point la direction et les employés qui aimeraient offrir plus à la population.

À la Maison, on a douze lits. Actuellement, avec le personnel que j’ai en place, je ne suis pas capable de monter à plus de neuf lits.

Une citation de :Marie-Hélène Tremblay, dg, Maison de soins palliatifs du Saguenay

L’organisme à but non lucratif essaie tant bien que mal de trouver de nouveaux employés, mais la tâche s’avère très difficile, d’autant plus que les salaires sont souvent moins alléchants que dans le réseau de la santé publique.

On est en constant effort de recrutement. Comme partout ailleurs, les candidats se font rares. On a un manque criant de personnel dans tous les titres d’emplois au niveau des soins.

Une citation de :Marie-Hélène Tremblay, dg, Maison de soins palliatifs du Saguenay
Le bâtiment abritant la Maison de soins palliatifs du Saguenay.

La maison de soins palliatifs du Saguenay se trouve dans l'arrondissement de Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Cette semaine, deux patients en fin de vie sont morts dans les corridors de l’urgence de l’hôpital de Chicoutimi, faute de place sur les étages. Des gestionnaires du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) ont essayé de leur trouver une place en maison de soins palliatifs, sans résultat.

La situation désole la Dre Martine Roy, rattachée à la Maison de soins palliatifs du Saguenay. Elle se demande pour quelles raisons ces patients étaient rendus à l’urgence, alors qu’ils auraient normalement pu être soulagés à la maison.

Si on avait eu les soins et les équipes nécessaires à la maison [...] ce ne serait pas arrivé et ces personnes auraient pu demeurer à domicile, indique-t-elle.

L’établissement situé dans l’arrondissement de Jonquière n’a pu les recevoir justement à cause de sa capacité réduite.

D’ailleurs, la directrice générale ne croit pas qu’un retour à la normale soit envisageable rapidement.

Il se peut qu’on doive encore diminuer le nombre de lits parce qu’on n’y arrive pas avec le personnel qu’on a.

Une citation de :Marie-Hélène Tremblay, dg, Maison de soins palliatifs du Saguenay

Elle préfère garder une vision à court terme. Ce qu’on désire c’est vraiment remplir la Maison, alors on va évaluer la situation chaque semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !