•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec verse 422 000 $ à 24 projets touristiques madelinots

Des éleveurs de chèvres mènent leur troupeau dans un champ en haut d'une falaise des îles de la Madeleine.

La fromagerie Les biquettes à l'air obtient 40 000 $ pour développer son offre agrotouristique (archives).

Photo : Radio-Canada

De passage dans l’archipel, la ministre québécoise du Tourisme, Caroline Proulx, a annoncé une aide financière de 422 520 $ pour soutenir 24 projets touristiques des Îles-de-la-Madeleine.

Parmi les 24 projets soutenus, la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA) obtient la part du lion avec une aide de 60 000 $ pour l'implantation de son nouveau système de réservation.

Le Conseil pour les anglophones madelinots reçoit 45 000 $ pour convertir l'ancienne école de l'île d'Entrée en salle communautaire et en musée.

De son côté, la fromagerie Les biquettes à l'air de Bassin touche 40 000 $ pour développer son offre d'activités agrotouristiques.

On va acheter le terrain voisin, agrandir le stationnement, agrandir l’aire de pique-nique et y construire des abris. [On va] ajouter des enclos extérieurs pour les chèvres et les canards, et agrandir la pouponnière, mentionne le propriétaire Éric Longpré. On veut aussi créer un sentier pour relier tout ça.

On voit M. Longpré avec ses chèvres, dans un champ. Au loin, on voit les maisons des Îles-de-la-Madeleine et la mer.

Le propriétaire de la fromagerie Les biquettes à l'air, à Bassin, compte profiter de l'aide de Québec pour améliorer l'expérience des visiteurs à la ferme (archives).

Photo : Radio-Canada / Bernard Laroche

Les 422 520 $ versés par Québec proviennent de deux enveloppes distinctes : le troisième volet de l’Entente de partenariat régional en tourisme (EPRT) et l’Entente de développement numérique des entreprises touristiques.

Ces enveloppes-là sont extrêmement importantes, a souligné la ministre Proulx en précisant que le choix des projets retenus dans le cadre de l’EPRT est effectué par l'équipe de Tourisme Îles de la Madeleine. Il n’y a personne de plus compétent qu’eux pour identifier les projets qui vont être porteurs pour les Îles-de-la-Madeleine.

477 000 $ pour protéger le parc de Gros-Cap

Plus tôt vendredi, Caroline Proulx s'est arrêtée au parc de Gros-Cap pour annoncer l'octroi une aide financière de 477 000 $ en vue de freiner l'érosion côtière du site.

L’aide gouvernementale sera échelonnée sur deux ans et permettra la réalisation des travaux de remise en état du littoral côtier de la presqu’île de Gros-Cap, un endroit particulièrement en proie à l’érosion.

L’accès au site, assuré par un étroit cordon, est menacé et pourrait disparaître d’ici 2025 sans intervention.

Les travaux financés par Québec permettront donc de maintenir l'accès au parc et de sécuriser les bâtiments et les installations septiques.

Une pancarte avec un pictogramme d'un bonhomme qui tombe d'une falaise, devant une falaise en érosion.

L'accès au parc de Gros-Cap, situé sur une presqu'île, est menacé par l'érosion.

Photo : Courtoisie

Ici, au parc Gros-Cap, l'érosion est particulièrement préoccupante en raison de la fragilité de ses falaises en grès rouge, a rappelé la ministre. Son gouvernement, a-t-elle ajouté, est sensible à cette situation.

Je comprends tout à fait la crainte des Madelinots de voir leur territoire s'éroder rapidement avec les changements climatiques, une réalité que personne ne peut nier aujourd'hui. Il suffit de voir les conséquences, ici à Gros-Cap, pour s'en convaincre, a-t-elle observé.

Caroline Proulx derrière un lutrin durant une conférence de presse.

La ministre Caroline Proulx est de passage aux Îles-de-la-Madeleine vendredi.

Photo : Courtoisie

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, a souligné que cette annonce était fortement attendue : Ce fut un dossier extrêmement complexe. […] Il y a eu un chemin quand même assez long à parcourir pour en arriver à l’annonce d’aujourd’hui. Il a précisé que le leadership de la ministre Proulx avait changé la donne.

Très satisfait de l'annonce, l’élu a par ailleurs mentionné qu’il s’agissait d’un premier pas pour protéger l’archipel du phénomène de l’érosion.

Québec a déjà confirmé sa participation financière pour freiner l'érosion des falaises du centre-ville de Cap-aux-Meules et protéger le site historique de La Grave.

Dévoilement de la stratégie de tourisme durable 2021-2026

Par ailleurs, Tourisme Îles de la Madeleine a profité de la présence de la ministre Caroline Proulx pour dévoiler sa stratégie touristique durable 2021-2026 en matinée.

Cette stratégie comporte cinq grandes orientations afin d'assurer la durabilité économique, sociale et environnementale de l'archipel en tant que destination touristique.

Il faut protéger la destination qui est très fragile, les gens viennent ici en grande partie pour les paysages, alors il faut travailler à les préserver.

Une citation de :Jacky Poirier, président de Tourisme Îles de la Madeleine

Les orientations témoignent de la volonté, entre autres, de développer un tourisme de niche quatre saisons, d'assurer une gestion durable de l'achalandage touristique et de préserver la qualité de vie des Madelinots.

Cinq orientations de la stratégie touristique durable 2021-2026

  1. Aménager, protéger, fréquenter, gérer
  2. Patrimoine humain et qualité de vie
  3. Destination sculptée par le climat et sensible au climat
  4. Intelligence touristique
  5. Tourisme de niche quatre saisons

On a beaucoup d'enjeux aux îles de la Madeleine, autant la destination elle-même avec l'érosion, mais aussi la gestion des déchets et de l'eau potable, affirme le président de Tourisme Îles de la Madeleine, Jacky Poirier. Il y a l'enjeu aussi de garder un équilibre entre le visiteur et le visité, ce qui fait partie de notre mission.

On fait des études aussi pour voir comment on peut développer la destination, tout en étant pratiquement saturé durant l’été, ajoute M. Poirier. Il faut développer le tourisme quatre saisons.

Un homme parle au micro à côté d'une toile où une présentation est projetée.

Le professeur Dominic Lapointe du Département d'études urbaines et touristiques de l'École des sciences de la gestion de l'UQAM a présenté la stratégie touristique durable vendredi matin, au Château madelinot.

Photo : Courtoisie

La stratégie touristique durable 2021-2026 découle de plusieurs rencontres, sessions d’information et sondages réalisés auprès de la population et des entreprises touristiques.

Le Groupe de recherche et d'intervention tourisme territoire et société de l'UQAM a participé à la réalisation de la stratégie.

L'archipel madelinot a été la première destination à se doter d'une politique cadre de développement touristique durable au Québec dès 2006.

Avec la collaboration de Roxanne Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !