•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pensionnats n'étaient pas un génocide, dit un ex-conseiller du gouvernement albertain

L'article et les tweets de Chris Champion, qui a travaillé à la refonte du programme scolaire albertain, ont été dénoncés par le ministère de l'Éducation.

Environ 300 enfants et le personnel du pensionnat posent devant l'édifice.

Une photo de groupe prise en 1931.

Photo : Centre national pour la vérité et la réconciliation

Un ancien conseiller en éducation du gouvernement albertain, Chris Champion, remet en doute le génocide culturel contre les Autochtones dans les pensionnats, et juge excessive la réaction à la découverte des restes de 215 enfants sur le site d'un ancien pensionnat pour Autochtones à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Presque tous les médias et les réseaux sociaux au Canada ont désigné Kamloops comme preuve d'un génocide au Canada, comme si les enfants avaient délibérément été tués ou que la mort était la norme plutôt que la très triste exception, écrit-il dans une publication de jeudi de Dorchester Review.

Il y a un vaste gouffre entre le sort des enfants enterrés à Kamloops et l'ampleur d'autres atrocités, selon lui. Les peuples autochtones ne devraient pas avoir droit à un statut de victime aristocratique unique , écrit-il.

Chris Champion est un auteur et chercheur invité à l'Université Queen's, en Ontario. Il a fondé, et en est toujours le rédacteur en chef, la publication d'histoire Dorchester Review.

Choisi pour siéger au conseil consultatif sur la refonte des programmes scolaires albertains, il a derrière lui des écrits controversés sur les pensionnats pour Autochtones.

L'année dernière, le gouvernement de l'Alberta lui a versé 15 400 $ pour 38 jours de travail en tant que conseiller chargé de réviser les programmes scolaires allant de la maternelle à la 12e année. Ces programmes doivent être testés à la rentrée 2021. Il a auparavant travaillé pour le premier ministre Jason Kenney lorsque ce dernier était ministre fédéral.

L'article est également publié en lien dans certains messages du compte Twitter du Dorchester Review. Un tweet du 16 juin montre une photo d’élèves d'un pensionnat pour Autochtones, perchés sur une structure en bois et souriants. La légende dit ceci : ''Ils ont vécu un enfer'' et pourtant ils s'éclatent sur cette structure de jeu. Vraiment?

Un autre tweet affirme que le taux de mortalité des enfants dans les pensionnats était inférieur à celui de la population générale des jeunes enfants au début des années 1900.

La Commission de vérité et réconciliation du Canada a identifié environ 4100 enfants décédés dans les pensionnats, mais souligne qu'il s'agit probablement d'une sous-estimation. Beaucoup d'enfants des pensionnats ont été victimes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques dans un système décrit comme un génocide culturel par la Commission de vérité et réconciliation dans son rapport de 2015.

Chris Champion n'a répondu à aucune demande d’entrevue.

Questionné au sujet des propos du chercheur lors d’une conférence de presse vendredi, le premier ministre albertain Jason Kenney a affirmé que les pensionnats pour Autochtones sont une des grandes injustices de l’histoire du Canada

Je suis depuis toujours très clair concernant le fait que le système des pensionnats pour les Autochtones au Canada était un grand mal. C’était épouvantable. C’était un crime contre les familles, a-t-il déclaré.

Il a ajouté que le gouvernement prévoit faire une annonce la semaine prochaine concernant les recherches d’autres cimetières sur les sites d’anciens pensionnats dans la province. 

Il faut que tout le monde soit axé sur l’esprit de réconciliation maintenant, a-t-il dit.

Nicole Sparrow, attachée de presse de la ministre de l'Éducation, Adriana LaGrange, a quant à elle expliqué dans un courriel que le ministère dénonce les tweets du Dorchester Review. Elle a également précisé que Chris Champion ne travaillait plus pour le gouvernement depuis septembre 2020.

Les programmes scolaires

Le fait d'arracher des enfants autochtones à leur foyer pour les placer dans les pensionnats est une partie sombre et déplorable de l'histoire du Canada et c'est pourquoi le nouveau programme d'études enseignera aux élèves l’histoire des pensionnats, la vérité et la réconciliation, a écrit Nicole Sparrow.

La Commission de vérité et réconciliation souhaite que du contenu à ce propos soit proposé dès la maternelle. Cependant, le nouveau programme scolaire n’introduit pas le sujet des pensionnats avant la 5e année.

Kisha Supernant, professeur d'archéologie à l'Université de l'Alberta, qui travaille avec les communautés autochtones à la recherche de lieux de sépulture non marqués, affirme que le gouvernement doit revoir son programme scolaire avec des conseillers plus appropriés .

Kisha Supernant pose pour la photo sur un fond blanc

Kisha Supernant, directrice du Prairie and Indigenous Archaeology Institute de l'Université de l'Alberta, se dit horrifiée par les récents tweets du Dorchester Review.

Photo : Kisha Supernant

Une photo d'enfants qui sourient ne nie pas l’histoire des milliers d'histoires de survivant, explique-t-elle.

Chris Champion ne devrait pas rédiger un programme. Il est clair qu'il ne comprend pas.

Une citation de :Kisha Supernant, professeur d'archéologie à l'Université de l'Alberta

Rhétoriques négationnistes

Selon Daniel Panneton, assistant de programme et d'éducation au Sarah and Chaim Neuberger Holocaust Education Centre de Toronto, il y a un parallèle à faire entre les tweets du Dorchester Review et la rhétorique des négationnistes de l'Holocauste.

Le fait que cette personne façonne potentiellement la façon dont les enfants canadiens apprennent leur propre histoire est très préoccupant, en ce sens qu'elle peut entraver une discussion nécessaire , dit-il.

La porte-parole de l'opposition néo-démocrate en matière d'éducation, Sarah Hoffman, a également réagi aux tweets du Dorchester Review en expliquant qu’ils sont une preuve supplémentaire que la ministre de l'Éducation devrait annuler le projet de programme et le retravailler avec des experts autochtones.

La ministre ne réalise pas où se trouvent les Canadiens et les Albertains sur cette question et à quel point ils sont indignés, a-t-elle déclaré.

Avec des informations de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !