•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Val-Saint-François ajouté aux territoires à risque pour les tiques

Photo d'une tique non datée des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

Il est important de savoir comment se protéger des tiques pour éviter notamment d'attraper la maladie de Lyme (archives).

Photo : The Associated Press / James Gathany

Radio-Canada

Les gens qui fréquentent les zones boisées du réseau local de santé (RLS) du Val-Saint-François sont maintenant invités à redoubler de prudence relativement à la maladie de Lyme.

Le RLS du Val-Saint-François a été ajouté cette année aux secteurs où un antibiotique peut être administré de façon préventive à la suite d’une piqûre par une tique.

On regarde la cartographie et la présence de la tique progresse chaque année. Ça continue à monter avec les changements climatiques.

Une citation de :Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

Les territoires de la Haute-Yamaska et de la Pommeraie étaient déjà des territoires où les tiques étaient particulièrement actives. Cette cartographie est faite par l’Institut national de santé publique (INSPQ).

Une forte augmentation en 10 ans

La direction de la santé publique de l’Estrie a remarqué une hausse des infections à la maladie de Lyme entre 2010 et 2019, où les cas sont passés d’un seul en 2010 à 202 en 2019. Il y a cependant eu une diminution en 2020, avec 155 cas recensés.

Les autorités de la santé publique invitent les amateurs de plein air à porter des vêtements longs et pâles lorsqu’ils se rendent en forêt. Appliquer un chasse-moustiques et rester dans les sentiers dégagés des boisés et des forêts sont d’autres conseils de prévention.

Il faut s’examiner lorsque l’on revient du bois. Lorsque la tique nous mord, nous avons presque 24 heures pour l’enlever. Il y a une façon de l’enlever pour ne pas faire d’infection. De là, l’importance de s’examiner, mentionne le directeur de la santé publique en Estrie, le Dr Alain Poirier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !