•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

BGL cessera de créer à la fin de l'été

Jasmin Bilodeau, Sébastien Giguère et Nicolas Laverdière, de BGL

Jasmin Bilodeau, Sébastien Giguère et Nicolas Laverdière, de BGL

Photo : Anne-Josée Cameron

Le collectif d'artistes BGL, qui a acquis une réputation internationale lors de sa participation à la Biennale de Venise en 2015, cessera ses activités après une toute dernière exposition solo au Centre d'art de la Confédération, à Charlottetown.

C'est ce qu'ils ont annoncé hier, lors du vernissage de l'Exposition collective d'été 2021 de la Galerie 3.

Jasmin Bilodeau (B), Sébastien Giguère (G) et Nicolas Laverdière (L) — dont l'oeuvre Pinocchio donne le ton au reste de l'exposition — étaient réunis pour l'occasion.

La Galerie 3 présente son exposition collective d'été 2021, dont Pinochio (BGL) est l'œuvre pivot. Une branche en suspension dont l'équilibre est maintenu par une scie à chaîne.

La Galerie 3 présente son exposition collective d'été 2021, dont « Pinochio » (BGL) est l'œuvre pivot.

Photo : Galerie 3

Avouons-le, une telle annonce a de quoi surprendre, quand on sait à quel point l'inclassable trio a su se démarquer au fil du temps avec des oeuvres étonnantes, allant du petit format (Cellulaires) à la gigantesque installation (Le dépanneur Canadassimo).

La fin d'un cycle

C’est 25 ans de production artistique, explique Jasmin Bilodeau. Cent trente-trois expos, pis là, juste cet été, il y en a 5, dont un solo à Charlottetown, 4 au Québec. Il y a les Passages insolites avec Le piège, Le portail à Trois-Rivières, Artic Power au Musée des beaux-arts de Montréal. Artic Power qui est une motoneige dans la glace.

La voiture de BGL, pièce maîtresse de l’exposition « De Ferron à BGL »

La voiture de BGL, pièce maîtresse de l’exposition « De Ferron à BGL »

Photo : Radio-Canada/Jérémie Legault

Après 25 ans de métier, des expositions prestigieuses et des oeuvres dans divers musées, comme le Musée national des beaux-arts du Québec ou le Musée des beaux-arts de Montréal, le trio pense avoir terminé un cycle de production.

Étrangement, depuis son passage remarqué à la Biennale de Venise, où le trio représentait le Canada, l'intérêt pour le travail de BGL semble avoir diminué. Comment expliquer ce phénomène?

C'est plus fort que nous. On produit des œuvres même si on ne reçoit plus d'invitation. Mais on vivote, à presque 50 ans. Il faut être lucides et accepter la fin du cycle.

Une citation de :Nicolas Laverdière, membre de BGL

Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. Peut-être la reconnaissance entraîne-t-elle une certaine distance, les gens présumant de l'indisponibilité des artistes. Il est possible aussi que le caractère imposant de leurs installations en décourage certains.

Une voiture avec un vire-vent.

Une maquette d'une oeuvre BGL réalisée en 2000 et exposée à la Galerie 3

Photo : gracieuseté Galerie 3

Pour sa part, Nicolas croit tout simplement que leur esthétique laisse les gens perplexes. Jasmin renchérit en affirmant que ceux-ci ont de la difficulté à savoir si c'est bon ou mauvais en raison du côté fait main de leur travail.

Quelles que soient les raisons, le trio entrevoit avec sérénité la suite des événements, heureux tout simplement d'avoir pu créer aussi longtemps ensemble. Cette période qui s'achève laissera place à d'autres projets créatifs, réalisés seuls désormais.

C'est une chance d’avoir pu créer pendant 25 ans ensemble, en toute amitié.

Une citation de :Nicolas Laverdière, membre de BGL

Finir en beauté avec une grande exposition

Cet été, quatre de leurs œuvres seront exposées au Québec, dont deux dans la région de la capitale nationale et enfin une exposition majeure leur sera consacrée au Centre d'art de la Confédération, à Charlottetown, sous le titre Two Thumbs Up Arts and Crafts.

En plus de L'atelier, une portion de l'immense installation Canadassimo, cinq autres nouvelles œuvres seront présentées lors de l'événement, certaines encore en cours de construction. Parmi celles-ci, un Cercueil hippomobile, dernier clin — .peut-être — à la fin d'une époque.

L'oeuvre Canadassimo (L’atelier) de BGL exposée au Musée national des beaux-arts du Québec lors de la Manif d'art 8.

L'oeuvre « Canadassimo » (« L’atelier ») de BGL exposée au Musée national des beaux-arts du Québec lors de la Manif d'art 8.

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !