•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rassemblement à Trois-Rivières pour dénoncer les féminicides au Québec

Une femme parle dans un haut-parleur.

Des participants au rassemblement ont tour à tour dit le nom des femmes assassinées depuis le début de l'année.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Radio-Canada

La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie a organisé vendredi un rassemblement contre les féminicides à Trois-Rivières.

Les participants ont observé une minute de silence pour rendre hommage aux 13 femmes tuées depuis le début de l'année. Des femmes ont aussi donné les noms de ces victimes de féminicides. Ils étaient invités à porter le ruban blanc, symbole de la lutte contre les violences genrées.

Cette mobilisation est survenue alors qu'un 13e féminicide a été commis à Québec cette semaine. Une mobilisation semblable avait eu lieu en avril dernier. La directrice de la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie, Joanne Blais, se désole de voir que la situation ne s'est pas améliorée.

On s’était déjà mobilisés en avril dernier quand il avait eu une mobilisation après sept ou huit féminicides, et on espérait qu’avec ces actions-là, avec les annonces du gouvernement qui ont suivi pas longtemps après, que peut-être nous aurions une pause, qu’on éviterait d’additionner d’autres femmes à la liste. Finalement on voit que ce n’est pas suffisant, a-t-elle soutenu en entrevue à Toujours le matin vendredi.

Durant l'événement, elle a insisté sur le fait de ne pas accepter de commentaires sexistes et de refuser tout geste violent.

Une affiche avec le slogan « À l'heure actuelle, la 14e est encore en vie. Agissons. »

La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie veut éviter à tout prix qu'un 14e féminicide s'ajoute au triste bilan du Québec.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Pour contrer la violence faite aux femmes, Joanne Blais a également encouragé à devenir un témoin actif, c’est-à-dire une personne qui va dénoncer toute situation de violence et de harcèlement qu’on peut remarquer.

Il faut soutenir les victimes qui vivent ces violences-là. Il faut aussi les croire [...] Souvent, les victimes disent qu’on ne les croit pas, ne se sentent pas entendues ni crues. [De les croire], je pense que c’est la première étape.

Une citation de :Joanne Blais, directrice, Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie
Un groupe de personnes réunies en grand cercle.

Des dizaines de personnes se sont réunies au parc Champlain à Trois-Rivières pour rendre hommage aux femmes tuées depuis le début de l'année.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Elle a invité à réfléchir sur la façon d’éduquer les garçons et les filles à des rapports égalitaires, mentionnant entre autres les rapports de domination et les comportements stéréotypés. Joanne Blais a souligné que des ressources pour les hommes sont disponibles pour ceux dans le besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !