•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurateurs s’interrogent sur les nouvelles règles de santé publique

Une table dans un restaurant.

Des restaurateurs au Nouveau-Brunswick se demandent comment fonctionner à leur capacité maximale tout en veillant à ce que les groupes de clients restent à deux mètres les uns des autres (archives).

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

Les restaurants au Nouveau-Brunswick ont le feu vert pour fonctionner à leur capacité maximale, mais cela crée une certaine confusion, car les groupes de clients doivent quand même rester à deux mètres les uns des autres.

En annonçant la réouverture des frontières à tous les Canadiens, mercredi, le Nouveau-Brunswick a aussi annoncé que les restaurants, comme certaines autres entreprises, peuvent dorénavant fonctionner à leur capacité maximale.

Dominique Ratté lors d'une entrevue par visioconférence au début du mois de janvier 2021.

Dominique Ratté est la propriétaire des restaurants Guacamole à Moncton.

Photo : Radio-Canada

Selon Dominique Ratté, qui possède quatre restaurants à Moncton, il faudrait doubler le nombre actuel de tables dans ses établissements pour fonctionner au maximum de leur capacité, mais le plus simple serait de continuer à fonctionner avec une capacité réduite.

Pour l’instant, je pense qu’on va rester stable avec nos places limitées ou essayer de revoir peut-être un plan de plancher qui nous permettrait d’avoir un peu plus d’espace pour respecter la distanciation, affirme Dominique Ratté lors d'une entrevue accordée à l’émission La matinale, d’ICI Acadie.

Les restaurants de la région du Grand Moncton comptent d'ailleurs travailler main dans la main afin de trouver une solution, selon la femme d'affaires. Les restaurateurs se consulteront pour voir comment s'y prendre pour s'adapter au contexte des restrictions sanitaires actuelles.

On dirait qu’il y a tout le temps quelqu’un qui est pénalisé, que ce soit les clients qui ne sont pas dans le confort ou le restaurant qui doit perdre des tables. Ce n’est pas encore le contexte idéal pour nous.

Une citation de :Dominique Ratté, propriétaire de restaurant

Sébastien Després, propriétaire d’un gîte et d’un bistro à Shediac, se réjouit de pouvoir à nouveau accueillir plus de clients, mais il ne croit pas pouvoir ajouter des tables non plus dans sa salle à manger.

C’est un non-sens, parce que le deux mètres doit encore être respecté. Donc, à pleine capacité voudrait dire deux fois plus de personnes. Ce n’est pas la réalité. La réalité, c’est qu’un groupe est un groupe et qu’on doit le séparer des autres groupes, souligne Sébastien Després.

Sébastien Després interviewé dans son gîte.

« Si ça pose un risque de nous remettre en rouge ou en orange, ça ne vaut absolument pas la peine, mais si c'est fait en sécurité, oui absolument. [...] Sans les touristes, on n'a pas de clients », affirme l'entrepreneur Sébastien Després, au sujet de l'ouverture des frontières au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Michèle Brideau

Le gouvernement a aussi indiqué mercredi que les restaurateurs doivent continuer de tenir un registre de leurs clients, afin que la santé publique puisse communiquer avec eux au besoin. Les clients doivent toujours porter leur masque lorsqu'il est impossible de maintenir une distance d'au moins deux mètres, sauf au moment de manger ou de boire. L’exigence pour eux de rester assis en tout temps est éliminée.

Avec des renseignements de La matinale et de Michèle Brideau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !